" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mardi 29 décembre 2009

Mon premier jour à Amsterdam


C’est le jour de ma fête ( les saints innocents ! ) que je suis allé pour la première fois de ma vie à Amsterdam. Les bonnes impressions sont majeures. Cependant ne vous attendez pas à un récit extra-ordinaire, que nenni, rien que des poncifs : les canaux romanticos, les façades des maisons remarquables et très jolies, les rues adjacentes pleines de charmes… L’ambiance y est détendue, me semble t-il, apaisante, un peu comme à London avec tout plein de bioutifoul people, d’innombrables rues piétonnières ou presque ( attention aux vélos !, non dî d’ju ! ), mais j’adore les trams et les bagnoles ne se la pètent pas… Juste un bémol ou deux : manque d’espaces verts ( à première vue ) et une banlieue assez terrifiante avec ses hlm, ses blocs d’habitations, ses cités « jardins « .

A remettre sur le tapis dès le printemps avec un billet open ( choisir le beau jour , ensoleillé ) comme ce fut le cas ce 28 ( vive internet et sa prévision météo ! ). Les Pays-Bas, un pays à découvrir ( ne pas oublier Maastricht que je ne connais pas et qui est pourtant à deux pas )…

Je comprends maintenant pour quoi les Z’Hollandais sont un peu tout fous-fous de notre Wallonie : ca grimpe partout et c’est vert, comme à Lîdge, par exemple. CQFD !

Je suis content !

vendredi 25 décembre 2009

" Departures " de Yojiro Takita


A la suite de la dissolution de son orchestre, un violoncelliste se voit dans l’obligation de trouver un autre travail. Dans un journal, il est attiré par une annonce « departures « et pense qu’il s’agit d’un job dans le domaine touristique. Mais il n’en est rien car le voilà parachuté dans celui de l’inhumation et plus particulièrement de la préparation des corps avant la mise en bière. Ce métier est mal considéré un peu partout et également au Japon. Cependant, il apprend à l’apprécier, malgré la pression qu’exercent son entourage et même son épouse. Il démontrera à tous la noblesse qui se cache derrière ce dernier tabou. La finesse de tout un art par les gestes précis, harmonieux, doux, délicats qui amènent à sublimer toute la beauté retrouvée d’un cadavre …

Un film à la fois drôle par moments et émouvant qui nous livre de belles images et nous montre une fois de plus ces gestes si merveilleux et fascinants de l’extrême orient .

Une bande annonce :

http://www.dailymotion.com/video/x9gu4l_departures-bande-annonce-du-film_shortfilms

Cinéma, ces films qui ont ma préférence



Tentative d’épingler les films qui comptent pour bibi. Mon cinoche à môa.
A la question ( un peu idiote ) : quel est le film que tu préfères, je ne répondrais pas Citizen Kane de Orson Welles ( ha-ha –ah ), mais bien et toujours :
« Roma « de Frederico Fellini. Tout y est accompli et parfait :

« Antichist « de Lars Von Trier vient de renter dans le top 10 cette année. On n’y fait pas dans la dentelle. Oups !
Avec mon amie liégeoise, Marie, nous avons décidé de louer à la médiathèque et aux Chiroux les films qui nous ont particulièrement touché ces 30 dernières années. Les voici donc en vrac et sans aucun ordre d’affection. Juste par ordre de location qui est d’ailleurs toujours en cours. Ceci est plutôt mon choix auquel souscrit mon amie pour nombre d’entre eux, en tout ou en partie ( je savais bien que nous avions des points communs ! )
" Roma " de Fréderico Fellini
" Antichrist " de Lars Von Trier
« Boys don’t cry « , fille ou garçon ?
« Psychose « de Alfred Hitchcock. Une perfection dans le genre
« Cabaret « avec la très pétillante Liza Minnelli
« The Idiots « de Lars Von Trier et notre vision sur les handicapés mentaux
« 7 ans de réflexion « avec Maryline Monroe. Délicieux et comique
« Nikita « avec l’époustouflante Anne Parillaud
« Les Locataires « du coréen Kim-Ki-Duk. Très poétique !
« Le Silence des Agneaux « de merveilleuses confrontations
« Dancer in the Dark « de Lars Von trier et à l’affiche Björk
« Cours, Lola, Cours « très inventif
« Léon « Okay !
« American Beauty « the new american way of live
« Basic Instinct « Joli jeu de jambes !
« Sacré Grall « des Monty Python. Hilarant !
« Little Big Man « une vraie saga
« War Games « quand des ados jouent avec le feu ( nucléaire )
« Le dernier Tango à Paris « plus que coquin
« Barry Lyndon « de Stanley Kubrick. Un destin haut en couleur et en cinémascope
« Mort à Venise « de Visconti. Toujours aussi troublant
« Rosemary’s Baby « de Roman Polanski. Hello, Satan !
« Le Pianiste « de Roman Polanski. Des notes dans la nuit noire
« Le Locataire « de Roman Polanski , scénario de Topor avec Adjani
« Sue lost in Manhattan "
" Le Bossu " avec Jean Marais
" L'Eté meurtrier " et l'explosive Isabelle Adjani
" American Grafitti " des bagnoles, des filles et le grand Wolfmanjack
" Coup de torchon " morbide, sordide mais rigolo. Au joli temps des colonies
" Le Ruban blanc " d'un froid pangermanique
" Berlin " avec Lou Reed. Plutôt un concert qu'un film mais c'est géant !
" War Games " une splendide guerre thermonucléaire globale
" Max et les Ferrailleurs " un Sautet !
- " Flic story " de Jacques Deray avec Alain Delon et Jean-Louis Trintignant, un des meilleurs polars français :
http://www.premiere.fr/Bandes-annonces/Video/Flic-story
" Harry Potter à l'école des sorciers " comme dirait l'autre, il y a quelque chose de magique
" Les oiseaux " de Hitchcock, il en est qui sont traumatisés à vie après avoir vu ces oiseaux !
" Les Diaboliques " de H.G. Clouzot, et au pluriel encore ...
" Alice au pays des Merveilles ", incontournable
" En cas de malheur ", Gabin + Bardot + Simenon, cela fait boum
" Mon nom est Personne " le plus drôles des plus grands western
" Le Tonnerre de Dieu " avec Jean Gabin, Michèle Mercier, Lily Palmer :
" Le Plaisir " de Max Ophuls :
et encore ( voyez les deux vidéos :
" Le troisième Homme "
" Le Schpountz " avec une Grande gueule :

" Le Mouton à cinq pattes " de Henri Verneuil :
" La tourneuse de pages " démoniaquement féminin :

* " Toto le héros " ,trop minouche

* " Mon oncle d'Amérique "

* " Mélancholia " de Lars von Trier, classé dans le top 5 de mes favoris :

http://www.youtube.com/watch?v=0H9Dt9pojGw
* " Je vous aime " de Claude Berry, avec rien que du beau linge : Deneuve, Gainsbourg, Trintignant, Depardieu, Souchon

http://www.youtube.com/watch?v=7U0wAW17V_U

* Un prodige : " Bruegel, le moulin et la croix " :

http://www.youtube.com/watch?v=RYhq9V97mnI

* Un excellent Woody " Guerre et amour "

http://www.vodkaster.com/Films/Guerre-et-amour/1236

* Un film noir de chez Noir : " The Barber " de Joël Cohen

* Espionnage politique " L'homme de l'ombre " de Roman Polansky. Supérieur !

http://www.popscreen.com/v/6uQ7R/THE-GHOSTWRITER-BANDEANNONCE-VF-de-Roman-Polanski

* L'arche russe d'Alexandre Sokourov , un prodige, se classe parmi les cinq premiers films que l'adore :

http://vimeo.com/859281

* Agnès Varda : " Cléo de 5 à 7 "

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19469319&cfilm=1191.html

* Tous les films d'Agnès Varda

* " Homme femme mode d'emploi", excellent pour le moral quand on angoisse sur sa santé :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19453933&cfilm=15265.html

* " Bons baisers de Bruges ",des tueurs à gages très frappés :

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18814808&cfilm=127122.html

* " Le prénom " trop drôle et + :

http://www.youtube.com/watch?v=OEmGT4EHm0M

* " Que les gros salaires lèvent le doigt ", excellent avec entre autres Michel Picolli :

http://www.dailymotion.com/video/x3ad12_jeu-de-chaises-musicales_fun

* " Le battant " avec Delon et Anne Parillaud

* " Pour la peau d'un flic " avec Delon et Anne Parillaud



Yoko Ogawa : " La Marche de Mina "


La tokyoïte Tomoko a douze ans. En 1972, elle va passer toute l’année 1972 chez sa petite cousine Mina qui habite avec sa famille dans une très belle maison tout près de Kobé. Un ancien jardin zoologique. Ainsi, chaque jour, Mina va à l’école à dos d’un hippopotame-nain. Entre les deux fillettes va naître une grande amitié. Elles découvrent la vie. Nous partagerons avec elles la salle de bains des lumières, leur passion pour le volley-ball, la collection des boites d’allumettes insolites autour desquelles elles créeront des histoires, la boisson Fressy, qui est le jeune homme du mercredi , la comète Giacobini… Nous ferons connaissance du fabuleux oncle et de la tante de Tomoko, d’origine allemande ainsi que des domestiques si intégrés à la famille de Mina.

« Un roman voué à la tendresse et à l’initiation « nous dit un critique. Tout y est en effet limpide et agréable, apaisant. Une perle !

vendredi 18 décembre 2009

Instantanés de ma vie liégeoise ( suite 12 )


Dimanche dernier, sur la Batte, j’ai fait quelques bonnes acquisitions de beaux-livres-pas-chers en guise de cadeaux de fin d’année pour l’ami Guy, ma pote Danôkô, Marie, mon amie liégeoise et Phong, la vietnamienne qui suit avec une extrême régularité nos cours de français à la Cité. Je fis une halte pour un caoua et une clope dans un bistrot de la Place du Marché. En sortant, je me tords le pied. Oufti ! sans mal apparent. Mais le soir, qu’én affaire tî : plus moyen de marcher et suis sujet à de la fièvre ( ? ) et des frissons. Je me dis en moi-même : « Ben te v’là arrangé, mon gaillard ! « . La totale quoi. Mais , ô miracle !, le lendemain, je courrais à nouveau comme un frétillant sanglier ardennais.

L’autre jour, en revenant d’une visite à l’hôpital Sant-Jo, je vois devant mes yeuses ahuris des petits points blancs : ça y est ! me dis-je en moi-même , je me fais une crise cardiaque ! Oufti ! Mais fausse alerte : ce n’étaient que quelques jolis flocons de neige. Vous avez dit « hypocondriaque « ?

Hier, en revenant du spectacle « Quand le Ciel et la Terre s’embrassèrent « , je croise un trio de très jeunes ados, rue des Dominicains. L’un d’entre eux me crache dessus. Heureusement, son retchon atterrit à mes pieds. « Sale gosses de merde ! « je m’écrie. Et eux de s’éclipser en rigolant. La première « agression « en deux ans et demi et je m’en tire à bon compte. Oufti !

Aujourd’hui, je suis allé à Oostende. J’adore ! Sans compter que c’est une journée qui ne coûte pas les yeux de la tête : 14,40 euros pour le train ( rail pass ) + 5 euros ( le journal « La Meuse «, 3 cafés ). Je prends juste des spéculoos et je bouquine 4 heures ( le super pied ! ). Il y avait au moins 10 centimètres de neige sur la plage. Rarissime ! De l’insolite , comme dirait Marie … Quelques gaillards affrontaient la mer glacée sur des planches ( je ne sais plus le terme exact, style surfeur ). Du sport extrême quoi ! J’aime autant pour eux que pour môa, note ! Brrrr !

Pas un flocon en Ardennes et 10 cm à la côte : ya vraiment plus de saison, attends toua !

lundi 14 décembre 2009

Hot-hot / chaud-chaud pour les fêtes ... Oufti !


Blagounette sympa pour briller en société lors des fêtes de fin d'année, vidéo chaude, ...
















Hier soir je suis allé manger "Chez Ginette". Avec des potes, on a remarqué un truc bizarre. Tous les serveurs et serveuses avaient une petite cuillère dans la poche de leur chemisette. Aussi quand le serveur est venu prendre la commande, j'ai demandé :

« Pourquoi portez-vous tous une petite cuillère ? ».


Il m'expliqua que Ginette avait demandé conseil à Andersen Consulting qui, après des mois d'analyses, a conclu que la petite cuillère était le couvert qui tombait le plus souvent, à une fréquence de 3 cuillères/table/heure !

Depuis, ils n'ont plus besoin de courir à la cuisine pour chercher une nouvelle cuillère. L'économie de rendement en temps de travail est estimée à 5,21 %. L'indice de satisfaction du client se trouve également accru de 3,75 %.

Deux minutes plus tard, je faisais tomber ma petite cuillère et ça n'a pas manqué : le serveur m'a aussitôt apporté sa cuillère en me disant qu'il en prendrait une autre à son prochain passage en cuisine.

Bravo Andersen !

Mais plus curieux, les serveurs avaient tous une ficelle qui dépassait un petit peu de leur braguette. Quand il nous a apporté l'addition, j'ai demandé au serveur à quoi servait cette ficelle.

« Bien observé », me dit-il en baissant la voix, « Andersen Consulting a aussi vu que nous pouvions gagner du temps dans les toilettes.

La ficelle est attachée autour du pénis, on peut donc le sortir sans le toucher et éviter d'avoir à se laver les mains, ce qui représente une économie d'eau, et le temps passé aux toilettes
est réduit d'environ 7,39 % ».

« Après l'avoir sorti, comment le remettez-vous dedans sans le toucher
demandai-je ? »

« Eh bien », me dit-il en chuchotant, « je ne sais pas pour les autres...
Mais moi je me sers de la petite cuillère... »


Premiers émois d'ados. Vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/x1xqmt_cestpasduheinz_fun


Hé, mec ! Si tu veux vraiment te prendre pour un chippendale, fais gaffe quand même :

http://www.dailymotion.com/video/xb9uru_strip-tease-recto-verso_fun

mardi 8 décembre 2009

Yves Paccalet " L'humanité disparaîtra, bon débarras ! "


Si vous avez une piètre opinion de la nature humaine, ce livre devrait vous plaire énormément.

« L’espèce humaine est affreuse, bête et méchante (…) L’homme est méchant parce que c’est un animal pensant ( … ) Cent pour cent des Homo sapiens sont méchants ( …) L’homme est le seul animal qui s’autodétruit. ». Rien qu’avec ces bouts de phrases, tout est dit . Ite missa est, comme on disait dans le temps ! Pour l’auteur, il n’y a aucun doute : nous allons tout droit à l’autodestruction, et très vite alors ( il est plus tard que tu ne penses ! ). « La nature tue, mais elle n’a aucune cruauté. Elle ne nous fera aucun cadeau. Elle ne nous accordera aucun délai. Nous ne sommes rien. Pour elle, nous ne sommes que des édifices provisoires de molécules recyclables. « . Aussi, imagine-t-il treize scénarios, treize bonne raisons de mourir : dégradation de l’atmosphère et du biotope, virus, épidémies, trous dans l’ozone, climats en folie, l’eau rarissime, … Mais sa prédilection va pour une déflagration thermonucléaire partielle ou globale. Peu importe : nous allons déguster à court ou moyen terme. Gloups !

Juste un petit bémol : à la lecture de ce bien triste tableau, nous serions amenés à baisser les bras afin d' éviter le pire ( souci d’un certain respect écologique ), le « a quoi bon se casser la nénette, alors « . Re-gloups ! Ô secours ! Ne comptez pas sur Mère-Nature, elle s’en contrefiche !

Quelques extraits :


- Depuis que l’Homo sapiens arpente la planète ( voici moins de deux cent milles ans), il y a eu près de quatre-vingt-six-milliards d’hommes ; dont près de quatre-vingt ont cessé de vivre, tandis que six milliards et demi composent la population résiduelle en ce début de vingt et unième siècle. Qui suis-je ? un homme de plus ou de moins ? Du point de vue de la statistique, entre ma vie et ma mort, la différence est négligeable.

A Au début de l’Antiquité ( pyramides ), nous avions décuplé nos effectifs de Cro-Magnon : nous étions cent millions. Nous avons atteint notre premier milliard en 1800. Nous étions deux milliards en 1860. Trois milliards en 1910. Quatre milliards en 1950. Cinq milliards en 1980. Six milliards en 1999. A l’aube de 2006, nous étions six milliards et demi ; dont un milliard trois cents millions pour la Chine, un milliard pour l’Inde, et plus de cinq milliards pour l’ensemble des pays pauvres . ( ! )

- Mes enfants ont paru, tété, roté, dormi, pissé, déféqué, vagi, souri, marché, parlé, grandi. A présent, ils me comblent. Ils sont aussi intelligents, agréables et modestes que leur père.

D Au point de vue écologique, j’ai conscience d’avoir commis une lamentable erreur. Les engendrer fut un non-sens – la pire imbécillité de mon existence, qui n’en a pas manqué.

- Chaque seconde, trois Homo sapiens tombent sur notre planète ahurie, tandis qu’un seul la quitte. Trois bébés par seconde font cent quatre-vingts par minutes. Deux cent soixante mille par jour. Quatre-vingt-quinze millions par an : la population de la France et de l’Espagne réunies.

- Si l’humanité s’éteignait, la vie continuerait sans elle et sans aucun problème. Nulle morale là-dedans. Nous ne sommes indispensables à personne, sauf à nous-mêmes. L’homme n’est pas l’unique valeur, contrairement à ce que pensent les religieux, les moralistes et les philosophes humanistes.

dimanche 6 décembre 2009

La Saint-Nicolas à Lîdge


Lidge se devait de fêter dignement la Saint-Nicolas. Rue Montagne Sainte-Walbuge, deux gars ( de type maghrében ) en tabliers d’étudiants me saluent et me disent, en tendant leurs gobelets : « Pour la Saint-Nicolas, m’sieur ! « Gling-gling. Et hop, après un merci, ils traversent la rue ,direction un magasin de proximité. Notez qu’ils étaient aussi étudiants que bibi. Y sont pas cons les Arabes. Et puis, qui a donc dit qu’ils ne s’intégraient pas ?

Plus loin, sur la place Tivoli d’où ce qui a les chalets de Nowël, une demoiselle, étudiante itou me dit : « … Cela coûte très cher nos études , m’sieur, si vous saviez … « . Môa, remonté comme un coucou : « Je n’ai plus de pièces à c’t’heure, il ne me reste plus que 5 euros … que vous aurez, damoiselle, en échange d’un bizou. « . Et hop sur la joue. J’en rajoute : « Hé pas là, sur la bouche ! « … Oufti ! J’ai même senti sa langue ( je sais, je suis une salope ).

Au Balloir, je demande à une résidente de 90 ans ou à peu près si le Grand Saint est passé. Elle me répond que non, sans doute qu’elle n’avait pas été sage. Je dis : « Je parie que vous ne savez pas qui est Saint-Nicolas ? » . La p’tite futée me répond : « Dites donc, tu me prends pour une nic-douille ? « . Et paf dans les gencives.

Ma voisine, qui est née en 1920 m’a dit ce matin qu’elle n’avait rien non plus le 6 décembre. Sauf le jour où, avec sa sœur, de 6 ans sa cadette ( en + ou- 1932 ), elles ont reçu un cheval en carton. Mais il faut croire qu’elles n’ont guère apprécié le présent car elles se sont empressées de le découper en morceaux. Je l’ai toujours dit : « Les Liégeoises sont des sauvages ! « ( qui potest capere, capiat ! )

vendredi 4 décembre 2009

Histoires de nanas


Mais à quoi donc rêvent les filles ? Quels sont leurs désirs, leurs délires, leurs attentes, leurs jardins secrets ? Qu’est-ce qui les émoustille ? Que se passe t-il donc dans leurs cerveaux ? Autant d’interrogations qui suscitent la curiosité des hommes. Elles demeurent, pour la plupart des mecs ( dont je fais partie ) , une énigme qui nous titille la cervelle … Mais que veulent-elles ? Bien malin celui qui pourra y donner une réponse absolue. Ne gâchons pas notre plaisir : quel jeu charmant en effet de tâcher de deviner …

La petite Capucine, par exemple, ne manque pas d’imagination. Elle délire, les yeux ouverts et c’est exquis :

http://video.google.com/videoplay?docid=-3805412712625404961#

Ici, je parie 1.000 milliards d'euros que vous ne pourrez pas regarder cette vidéo jusqu'au bout :

http://dilidou.com/2009/11/25/un_striptease_sexy.html

Ne croyez surtout pas qu'une nana va s'émouvoir à la seule vue d'un bellâtre, que nenni : il leur en faut plus :

http://www.wideo.fr/video/iLyROoaft4zU.html

mardi 1 décembre 2009

Instantanés de ma vie liégeoise ( suite 11 )



Un des ouvrages auxquels Emile Clotuche a collaboré




L’autre jour, au Delft, alors que je dégustais un cappuccino italiano, je surpris une conversation entre trois jeunes :

Le mec : … bla-bla-blas, putain !

Une nana : Grossier que t’es !

Le mec : Catin !

Mes longues oreilles ne firent qu’un bond : « C’est à moi que vous causez… Non, j’dis ça vu que mon nom est Catin, Jean Catin … Vous ne me croyez pas ? "

Je sors derechef ma carte d’identité.

Le mec :

- Oufti !

Les deux damoiselles sautent sur le docu. Eclats de rires …

Je leur explique que , oui, à une certaine époque, mes camas m’ont fait mousser à ce sujet, que maintenant j’adore mon nom qui suscite certaines questions du genre : « Avec deux T ? « « avec un K ? « ou alors des rires étouffés , des émois … On oublie rarement mon nom, effectivement ! Ben tiens donc ! Ce que c’est que la célébrité !

Si j’ai définitivement quitté, de corps et d’esprit, mon village natal, Gouvy, je n’en reste pas moins attentif … aux décès. Ainsi j’ai appris que Lina Jamotton venait de nous quitter. Une figure haute en couleur pour tous les Gouvion-nne-s. Qui en effet, là-bas , n’a pas connu sa verve, son humour si particulier ?

Emile Clotuche, lui aussi , s’en est allé. Un cama d’enfance ( lors des guerres entre Gouvy –gare et Gouvy-village ), puis chez les louveteaux où j’ai le plaisir de l’avoir comme second dans la sizaine des rouges … Paix à leurs âmes ! Volez, oiseaux !

Samedi soir, je suis passé par le quartier Cathédrale-nord. Les vitrines ont fermé mais des demoiselles ou dames arpentent les rues alentours. « Un p’tit moment de compagnie, monsieur … « qu’elle me propose une des belles. Môa, timide comme pas deux, je décline l’invitation. Gloups ! Mais en regagnant la rue Léopold, je me dis en moi-même : « elle n’était quand même pas mal , c’te nana ! « . Je repasserai un des ces quatres, tiens !

Oups !

Ben quoi, c’est humain !