" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 25 juillet 2010

Quelques vidéos en compagnie de Georges Simenon












Internet nous donne la possibilité de revoir quelques interviews de Georges Simenon.
Pourquoi bouder ce plaisir ? Revoir l’ami Georges, entendre sa voix, son accent liégeois pur jus, écouter ses propos, sa philosophie si particulière et tellement proche de nous …
- Avec le journaliste Yves Mourousi à Lausanne en 1975, durée 7 minutes :
- Avec le journaliste Gérard Pelletier en 1960, durée 26 minutes :
- Or, l’on sait que Georges Simenon aime les pipes – je veux dire fumer la pipe-
En 1966, 7 minutes :
Ecrire le roman au crayon ou directement à la machine à écrire :
Dans sa maison de Lausanne en 1975, 12 minutes :

Autour de « Lettre à ma mère « , 1975, 13 minutes :
Dans l’émission « Apostrophe « de Bernard Pivot, 1981, 1 heure 14 minutes :
A propos de nos destinées, 1967, 3 minutes 30 :
En 1973, à l’âge de 70 ans, Georges Simenon décide de prendre sa pré-retraite. 17 minutes :
Dans la très célèbre émission « Radioscopie « de Jacques Chancel, en 1982. Un extrait audio de 10 minutes :
A propos de « La Chambre bleue « et de son angoisse d’écrire . 1964, 9 minutes :
Extrait de l'émission télétourisme :
Encore un document de la Rtbf , " Georges Simenon par Simenon " :
A la sortie de son roman " Le Chat " :
Georges nous parle de Maigret, de ses 10.000 femmes, de ses enfants, de son enfance, du Fond Simenon de Liège - 10 minutes :
http://blog.sonuma.be/simenon-en-toute-simplicite/
Une émission sur la rtbf retraçant sa vie ( audio ) :
http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere?id=1605943&e=
- Encore une archive sonuma. Simenon en toute simplicité, film de 1980, 54 minutes :
http://www.rtbf.be/video/v_archives-sonuma?id=1764135&category=viepratique#

- " L'affaire Simenon " une production de Arté et Rtbf, 52 minutes :

http://www.youtube.com/watch?v=O_W4gVgIuGg

- l'homme qui n'était pas Maigret, 47 minutes :

mercredi 21 juillet 2010

Instantanés de ma vie liégeoise ( suite 16 )


Savez-vous qu’il existe, à la Sncb, le billet dit « summer ticket « au prix unique de 15 roros. Valable en semaine et ce durant tout les mois de juillet et d’août où vous pouvez effectuer un trajet aller et retour où bon vous semble, en Belgique. N’oubliez pas, également, le rail pass et le billet week-end .Dommage que la Société ne fasse que si peu de publicité sur ces tarifs avantageux. A croire qu’elle a trop de clients …

Il m’arrive de croiser des hommes politiques liégeois ici et là. José Happart, le grand Jean-Pierre Grafé qui arpente les rues et les théâtres de la cité, d’un pas lent, en grand philosophe, Michel Daerden à la terrasse d'un café des Guillemins ( oufti ! ) . Ou notmayeur, Willy Demayer, vu ce jeudi en gare d’Oostende. Je me suis empressé de lui serrer la pince et, faux-cul comme je suis, je l’ai félicité pour sa promotion sénatoriale …

Cinq milliard d’ ! : il me faut remplacer mon boiler et tout ce qui va avec. Enfin, faut faire avec, puis je serai quitte de ces frais ( de 600 à 1200 roros ) pour les quelques années que le bon Dieu voudra bien m’attribuer, en bonus …

Premier verre d’alcool de l’année, une Guinness , dégustée dans un pub à Anvers, ce 11 juillet, fête de communauté flamande. Le hic, c’est qu’elle m’a bien plu … Attention, mon gaillyard ! …

Quelques dégâts dus à la tempête sur la promenade des coteaux de la citadelle. Le parc est interdit à toute circulation mais vous connaissez ma légendaire témérité . Fi ! …

Je suis allé faire un tour aux festivités de la fête nationale à Bruxelles. Ce n'est pas le défilé militaire, ni le prince Laurent qui sont les plus intéressants mais le grand bonheur et la joie de vivre largement affichés sur la bobine de mes concitoyens. Comme au littoral, du rayonnant bioutifoul people. A croire que ce n'est pas en Egypte ni en république dominicaine que le Belge est le plus heureux, mais chez lui, dans son pays, sous le soleil ...

Il n'existe qu'une seule personne pour qui je suis vraiment indispensable, quasi vital ... Elle est capable de m'attendre cinq longues journées. Elle m'épie, écoute dans les couloirs car, parfois, elle a cru entendre mes pas ou ma voix. Elle se languit, hélas, de jour comme de nuit, s'interroge, s'inquiète de mon absence ...C'est Victorine, une résidente du Balloir d'Amercoeur. Cette Liégeoise a près de 90 ans et chaque samedi, chaque dimanche soir, nous allons tous deux fumer une cigarette au fumoir. Nous papotons, ou plutôt nous essayons de papoter car un seul sujet compte : la clope, la cibiche. Le rite terminé, nous regagnons sa chambre, bras dessus, bras dessous, en nous fixant un tout prochain rendez-vous. Tellement précieux, tellement sacré ...

Je termine tout doucement un des meilleurs livres qu’il m’ait jamais été de lire : « Pédigrée « de l’ami Georges Simenon. Notez que je dis cela à chaque coup que je termine un bouquin mais là, il faut bien reconnaître qu’on arrive a du grand délice … Comme « Kafka sur le rivage « de Murakami ou « La Marche de Mina « de Yoko Ogawa, pour n’en citer que quelques uns. Ce qui m’attend relève tout autant du sublime : toujours Georges, la correspondance de Flaubert, encore du Montherlant, du L.F. Céline, plus un zeste de littérature jap^onaise, en dessert. Que du bonheur !

samedi 10 juillet 2010

De chouettes vacances pour pas cher + Ô, mama mia, qué calor !


Oufti ! Qu’énne t’chaleur à Lîdge, minga, tî ! Je présume que c’est pareil de par chez vous. Ô mama mia, qué calor !




Liège, c’est bien, c’est même très-très bien, à condition d’en sortir ! Et par cette canicule ( et même sans canicule ) , bibi a trouvé la solution : hop pour de vlaamse kust. Direction Oostende, Blankenberge, Zeebrugge, Knokke et De Panne. J’ai même poussé l’autre jour jusque Bray-Dunes, en France. Par ailleurs, il me reste à réaliser les deux tiers de la côte à pieds : De Haan – Nieuport et Nieuport-la Panne.

Une chouette destination de vacances pour pas cher. Ainsi :

Aller et retour en train : 14,80 euros

Le journal la Meuse : 1,00

Deux cafés aux Guillemins : 4,00 (avec petit pourboire pour la serveuse )

Deux cafés ou ice tea sur place : 4,00

Une dame blanche en terrasse : 6,50

_______

Total : 29,90 euros

Je suis très pudique quand je me promène au littoral. Et pour cause : pour les ceuses qui ne le savent pas, j’ai un torse et un dos couvert de poils poivre et sel assez repoussants, il faut bien en convenir ( oui mais bien viril, disent quelques mignonnes. Elles sont gentilles, hein ! ), des jambes cagneuses et poilues. Donc, je reste couvert pour ne pas infliger un spectacle navrant à la population … Notez qui en a qui ne sont pas gênés, eux, mais c’est leur affaire… J’avions pensé à acquérir un de ses demi-pantalons, coupés à hauteur des rotules, mais il est préférable de s’abstenir également : c’est tellement cloche que je préfère encore passer pour un plouc.

Dans le train, je lis quasiment les quatre heures de trajet. Le tout c’est de trouver une chouette place. Si l’on cause flamand, allemand, english, espagnol,… à côté, cela ne me trouble pas. Mais français, c’est plus ennuyeux ( vu que je suis très curieux ). Eviter les gosses, souvent braillards, la madame qui discute des heures sur son G, les camps scouts. Autrement, c’est okay, que du bonheur.

Tout compte fait, j’aime la compagnie de mes semblables … à condition qu’elle ne s’éternise pas.

Vive les vacances !

vendredi 9 juillet 2010

" Les Echos de Bernardfagne "







L'excellent article de Paul Mary, rhéto de 1971.
Paul était en latin-sciences et nous avons eu le grand plaisir de le saluer lors des retrouvailles de ce dimanche 9 octobre 2011.

Cliquez sur l'article pour le rendre lisible !










Vous pouvez cliquer sur cet article pour l'agrandir











Toute mon adolescence fut consacrée, pour l’essentiel, à traîner mes savates au collège Saint Rock à Ferrières. Lourd héritage, comme dit dans l’hymne du feu " Le Petit Séminaire " …

L’ingurgitation, la digestion – de tout ! - furent lourdes et pénibles … Vous l’avez compris, cette triste et interminable période n’est certainement pas à classer dans les meilleurs moments de ma vie….

J'y reviendrai plus tard , de façon plus positive ...

MAIS, je voulais toutefois saluer dans mon blog un article signé François Périlleux, mon aîné de promotion. Nous ne nous connaissons pas et je n’ai qu’un trop vague souvenir de lui ; cependant son récit me parait excellent. Bravo à toi, vî Saint-Rockî !

Cet article est paru dans un des derniers numéros des « Echos de Bernarfagne «

Jean-Baptiste Baronian : " Neuf petits crimes très ordinaires "


Jean-Baptiste Baronian est un écrivain belge. Dans son dernier recueil de nouvelles, il nous distille ces petits crimes issus de la vie quotidienne. Certains se déroulent à Bruxelles dans des lieux archi-connus de la capitale, ce qui ne manque pas d’un certain charme, si vous êtes belge ou que vous connaissez le coin. Des meurtres réalistes, des étranges également. Pas des compliqués à la Hitchcock ou du style d’Agatha. Pas casse-têtes du tout et qui se lisent gentiment dans le train ou sur la plage, par exemple, manière de passer du bon temps. Sic !

Monsieur Baronian, signalons-le, est également président des Amis de Georges Simenon. Oufti !

dimanche 4 juillet 2010

" Histoire du Belge "


Si vous voulez vous remémorer l’histoire de la Belgique tout en vous amusant voici le bouquin qu’il vous faut. En deux volumes.

Une histoire du belge soit mais revue et corrigée. Il vous faudra être parfois bien attentif pour déterminer le vrai du farfelu. Car ce parcours « de la nuit des temps à la Muette de Portici « et puis de l’indépendance à nos jours, est truffé de loufoqueries . Assez souvent impertinentes, osées, quand ce n’est pas en dessous de la ceinture ( ce qui présente un certain charme, il faut le dire ). Le tout agrémentés de dessins, de documents à prendre avec mille précautions si pas avec des pincettes. Vous l’avez compris : de l’humour, fin ou très gras ; on y balaie large ( il en faut pour tous les goûts ) mais vous y dénicherez quelques perles ( de cancres ! ).

Ainsi ce qui suit … Mais tout d’abord, apprenez que le Wallon moyen ( mâle ) mesure 1,69m pour 84,5 kg.

« Le Belge n’a jamais été une lumière. Modeste, discret, il a vraiment horreur de s’imposer « . Etc …

- ( à propos de l’âge du monothéisme ) « Grâce au nouveau dieu « Tout-en-un « , finie la corvée d’époussetage, finis les sacrifices coûteux et salissants où l’on répandait le sang et la tripaille qu’il fallait ensuite nettoyer à grandes eaux sans parler des odeurs … Un dieu différent pour chaque usage ?, non merci ! je préfère le seul vrai dieu « Tout-en-un « , l’ami de la ménagère moderne qui efface les péchés sans frotter. Merci mon Dieu !

- « Charlemagne naît successivement à Jupille, à Herstal et à Liège, boulevard d’Avroy, à deux pas de l’ancienne pâtisserie Ducobu, en 741, 742 et 743, triplement liégeois donc. ( … ) Certaines voix prétendent pernicieusement que cet ardent souverain parlait volontiers flamand dans l’intimité, latin quand il voulait faire son intéressant, et d’autre chose quand il était embarrassé, ces pures médisances ne prouvent qu’une seule chose : l’empereur était aussi malin que Liégeois.

- « En peinture toutefois, l’Italie garde une petite longueur d’avance et il faut reconnaître que ses primitifs sont plus primitifs que les nôtres. Ca n’a l’air de rien d’être primitif mais c’est drôlement prestigieux. Dans l’histoire, toute chose dérive toujours d’autre chose. Comme l’homme descend du singe, chaque homme descend d’un autre homme, … Le primitif, non. Le primitif descend de lui-même. C’est un seff-made-man. Il ne doit rien à personne. C’est dire s’il y a peu d’authentiques primitifs, faute de quoi leur primitivité aurait du plomb dans l’aile. »

« A Liège, sous les Français- 1789, révolution à c’t heure :

Les Liégeois regardent leur Prince-Evêque d’un autre œil et s’en vont lui trousser la soutane pour vérifier si le prince est l’égal de l’évêque ou le contraire. ( … ) L’autopsie révèlera que le Prince-Evêque ne contenait que 4,2% de prince et 8,3% d’évêque, le reste étant réparti comme suit : matière grasse, 45%, eau 32%, lécithine de soja 6 %, , édulcorant 4,2%, colorant 0,3%. De dépit, certains membres du clergé s’estiment trompés sur la marchandise et se disposent à retourner leur soutane.

( …)

A Liège, nonobstant diverses péripéties plus ou moins sanglantes, les révolutionnaires fêtent ça en rasant la cathédrale Saint-Lambert sans vraiment se demander ce qu’ils vont mettre à la place. Peut-être des parkings. On verra bien. Quand leur ville n’est pas mise à sac par les envahisseurs, les Liégeois ont tendance à la mutiler eux-mêmes. Ce comportement morbide récurrent maintient à la ville un aspect perpétuellement dévasté.

Extrait d’un éditorial d’un journal francophone bien connu (non, non, pas « Le Matin « ) :

« … quoi que l’on dise et quoi que l’on fasse, les Flamands, sans que personne songe le moins du monde à les y contraindre, parleront tous un jour le français. C’est inévitable ! Dans les familles les plus unies, il arrive parfois qu’un membre se trouve affligé d’un défaut de prononciation ( … ) on cherche alors à le guérir. Mais a-t-on jamais vu, en pareil cas, la famille entière se mettre à bégayer pour témoigner son amour du bègue ?

Test. Trucs et astuces pour être sur de bien connaître votre amie















Ohé, les mecs ! Monsieur psy-Catinus vous parle !

Il est très important, vous le savez déjà, de bien connaître sa p’tite amie, sa copine, sa compagne ( enfin appelez-la comme il vous semble ). Des valeurs de base peuvent vous y aider ( ça sent le vécu ! )

1. Comment votre partenaire traite-t-elle les autres, ses amis, ses parents, ses collègues ? Est-elle attentionnée, disponible, aimante, affectueuse ? Un truc parmi d’autres : comment traite-t-elle vos amis, vos connaissances ? Comment traite-t-elle une serveuse dans un café, un serveur dans un resto ? Vous aurez alors un aperçu de ce qui vous attend ou si vous préférez, à quelle sauce vous allez être dégusté …

2. Que révèlent ses actes ? Imaginez, par exemple, que vous la rencontriez en rue accompagnée d’une de ses amies. Quelle est sa réaction ? Fait-elle l’étonnée, fait mine qu’elle ne vous connaît pas plus que cela ? Est-elle enjouée et vous propose t’elle de vous inviter à leur offrir un verre. C’est déjà mieux. Là, observez ses réactions, ses gestes, ses attitudes, son langage et vous risquez d’en apprendre beaucoup.

3. Que pensent vos amis ? Bon vous aurez toujours le dernier mot, à vous de prendre votre propre décision mais peut-être que, aveuglé par vos testostérones (ou vos hormones ), vous n’avez pas un jugement très objectif.

Tout ceci vaut évidemment bien aussi pour vous, mesdames.

Et vogue la galère ! Et bonne chance !