" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

dimanche 30 janvier 2011

L'accent liégeois















L’accent liégeois est un des plus typiques de notre pays. Si vous êtes Liégeois pur porc ( pur jus ), l’on vous reconnaîtra partout, en Belgique, en France ou en Navarre, jusqu’au bout du bout du monde. Et, du reste, vous en serez fier, oufti-toua ! Le parler liégeois est directement issu du dialecte wallon et ne compte pas du tout s’en décoller. C’est sa signature, à prendre ou à laisser. Ailleurs ( c'est-à-dire partout en ce bas monde ) on le qualifiera de populaire, de vulgaire, mais sachez que la bave des crapauds n’atteint pas la splendeur des étoiles ( pour votre gouverne, les Liégeois = les Etoiles ).
C’est peut-être à Namur que l’on peut rencontrer le plus de personnes qui auraient, dirait-on, un accent le plus neutre, comprenez ce rapprochant de celui de la France-neutre, elle aussi ( donc pas des Parisiens, ni des Marseillais ).
Ne croyez pas un seul instant que je veuille me retirer du lot. J’ai l’accent de Lidge, mordicus, oui da, peut-être pas à couper au couteau, comme certains, mais il est bien là. Rapport que j’ai vécu quasi 10 années dans la Cité Ardente dans les années ’70 et que durant les 25 ans passés à Gouvy, chaque week-end , chaque dernier mercredi du mois que Dieu, dans son immense monté, m’accordait, j’ai traîné mes savates dans cette ville que j’adore.
Mais tout d’abord, tâchons de décrire à quoi ressemble physiquement un vrai Liégeois type ( du moins à mes yeux ). Ces dames, demoiselles ( Nanèsse ) sont plutôt de petite taille, avec un légère dominante italienne, le cheveu noir de chez noir, geai, une coiffure longue ou mi-longue ; elle sait ce qu’elle veut, est extravertie, à le sourire franc, apprécie le flirt et les commérages.
Le monsieur ( Tchantchès ), lui, est de taille moyenne, bien portant mais pas trop-trop quand même, a le verbe haut, est « grandiveux « ( = un tantinet prétentieux ) , est extraverti également et ne jure que par les « Rouches « , le football club Le Standard ( et malheur à toi si tu ne les aimes pas les Rouches, minga-tî ! ).
Maintenant, attaquons leur accent si particulier.
- Tout d’abord, valet m’fî, on de dit pas Liège, mais Liéchch. Tout comme on ne dit pas Seraing, mais S’rin. Herstal, c’est Hhhersthhhal.
- Je me suis trébuchéeee sur un paaaavé ( pour : je me suis trébuchée sur un pavé ).
- A Noël, j’ai fait du foie gras poilééyyye ( pour : j’ai fais du foie gras poêlé ).
- C’est un vrai sauvach ( pour : sauvage ). Tout comme fromach, ouvrach, …
- Nous arrivons à Liège-Palé ( pour : nous arrivons à Liège-Palais ).
- J’ai touché ma prîîîme ( pour : j’ai touché ma prime ).
- Quelle heure qu’il est ? ( pour : quelle heure est-il ).
- Au cinéma de la Saufnière ( pour : au cinéma de la Sauvenière). Idem, bien sûr, pour le Boulevard de la Saufnière.
- Un Liégeois attend le bus qui arrive au coin de la rue. Il dit : " Le f ' là ! ". Pour : le voilà
- Vive les Rouches ( les Rouges). Idem pour « elle est devenue toute rouche ».
- Elle avait une écharpe avec des paupaus ( pour : elle avait une écharpe avec des pompons).
- Nous étions des dizaines dans cette assemblééyye ( pour assemblée )
- Ben sûr èdon, je travaille dans un u-u-u-usine et à la pausss', je mange une gauf' au suc' de Liéchch ( pour : bien sûr, je travaille dans une usine et à la pause mange une gaufre au sucre de Liège ).
- Comment appelle t-on ce fauve au pelage rayé jaune et blanc? Un Tig ( pour un tigre ).
- En fin d'année, ne pas oublier d'aller acheter des timps à la posss ' ( pour : des timbres à la poste .
* Comme le fait si justement remarquer Paul-Henri Thomsin, il est très difficile , pour un Liègeois, de prononcer, en bon français, un mot qui se termine par deux consonnes + un "e " muet. Exemple : une tab' (pour une table) , une fenétt' (une fenêtre). Impossibb, quoi !
- Bon wékenne ! Pour bon week-end !
- Ce moufment a de l'afnir ( pour ce mouvement à de l'avenir )
- Main-nan, j'habite à Griffgnéé ( pour maintenant j'habite à Grivegnée )
- As-tu t'la monèye ? ( pour : as-tu de la monnaie ? )
- Rue t'la Régence ( pour rue de la Régence )
>>>>>>>>>>>>> à suivre …
Et pour vous espliquer un peu comme on parle à Lîdge, hé ben, voici un bonus " Tchantchès d'Outremeuse :
Et ici : l'accent de Liège et le brabançon :
Et si vous désirez des courts intensifs en immersion totale, c'est par ici :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire