" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 31 août 2013

Florence Ehnuel : " Le beau sexe des hommes "




Florence Ehnuel est professeur de philosophie à Bordeaux. Dans cet essai, elle fait l’éloge non seulement du corps masculin (sa force, sa musculation, son harmonie, etc.), mais surtout l’éloge du sexe des hommes. Vous ne trouverez, dans cette étude, aucune trace de trivialité, mais plutôt une ode, un chant, ce qui n’est pas courant du tout, en littérature  …
Après une première période de sa vie ou le sexe des hommes lui inspirait plutôt  de la réserve, de la crainte, de l’appréhension, de l’indifférence, «  cette impression que le corps masculin est un corps ingrat «, elle va en découvrir des qualités … insoupçonnées (mais sans doute est-elle tombée sur des hommes qui lui convenait). En lisant cet ouvrage de 126 pages, délicieuses à souhait, on peut se demander si une très lointaine expérience n’a pas tout déclenché. Du temps où elle était un bébé de 4 ans et qu’en face d’elle se trouvait, sur une plage, son cousin, bébé du même âge (voir extrait plus bas)…
A partir de la page 83, elle nous fait découvrir le sexe des hommes sous tous ces aspects.

Une lecture à recommander. Elle nous fera oublier, à nous,  mâles, les vexations (jusqu’à s’en choper des complexes !) venant de certaines personnes qui ne cessent de clamer que  le corps masculin, et particulièrement le sexe, le pénis (et tout ce qui va avec),  est ridicule, repoussant et laid. Ce qui est également profondément injuste.

 Merci, madame Ehnuel ! ! !




Extraits :


-  Qui avait eu l’initiative de ce câlin ? Il était un bébé encore, un petit garçon de deux ans, un amour, un angelot, un petit Eros. Un dieu en tout cas. (j’avais quatre ans). (…) Quand il venait se coller contre moi, j’étais à genoux sur le sable pour être à sa hauteur (…) Enlacés, nous goûtions de longues étreintes, comme en connaissent les escargots, ventre contre ventre, bras entourant les épaules et le dos, je penchais ma tête et la posais sur son épaule, je rencontrais sa joue de la mienne. (…)

-  Je cherche surtout à montrer le plus d’aménité possible.


               * Définition du mot «  aménité « : la notion d’aménité évoque les aspects agréables de l’environnement ou de l’entourage social qui ne sont ni appropriables ni quantifiables en termes de valeur monétaire.

-  Une chose me bouleverse plus encore, ou bien pas plus, non, autant que les autres, mais très fort, comme les autres. C’est lorsque Iouri (son amant) veut bien se coucher sur moi, que je sois sur le ventre ou sur le dos. Je ne le vois pas, je ferme les yeux, absorbée par la sensation. Nous ne bougeons plus, nous ne faisons plus que respirer ensemble (…) Deux sensations me ravissent dans cette position : d’une part celle, étonnante, de n’avoir pas le sentiment d’écrasement, alors que le poids de Iouri surpasse le mien de beaucoup (je me sens simplement bien enveloppée, comme par une très agréable couverture)

 ( …)


-----------------


En bonus, un blog sur la nudité masculine :

http://fotapen.info/blog/

A deux doigts de la Troisième Guerre Mondiale ...



http://www.vice.com/fr/read/si-la-troisieme-guerre-mondiale-eclatait-demain

jeudi 29 août 2013

Georges Simenon : " La guinguette à deux sous "




Deux jeunes voyous surprennent un inconnu qui précipite un cadavre dans le canal Saint-Martin à Paris. Avant de mourir, car il a été condamné à la peine capitale pour tout autre chose, une des petites frappes du nom de Lenoir met  Maigret sur la piste. Si le commissaire veut mettre la main au collet de l’inconnu du canal St-Martin, qu’il aille donc  trainer autour de la guignette à deux sous…
Encore une occasion pour Simenon pour décrire tout un petit monde de gens pas trop recommandables, avec leurs bassesses, leurs trahisons, de la mesquinerie, des mensonges, etc… ; pour notre plus grand plaisir !

Extrait :


-  (…) Avec une vingtaine de billet, il s’en tirait …. Jusqu’à l’échéance suivante ! Il y a quelques  milliers de commerçants à Paris qui sont dans le même cas et qui, des années durant, courent après la somme qui leur manque toujours en évitant la faillite de justesse

mardi 27 août 2013

Jean-Luc Fonck : " Histoires à délire debout "

  

Si, actuellement,  Jean-Luc Fonck n’est plus  sur le devant de la scène en Belgique, alléïe une fois, heureusement il nous reste la radio, ses cd, internet et ses bouquins. Dans le premier tome de ses délires, cinq nouvelles surréalismo-dadaïstes. Il faut juste se détendre, se laisser aller, comme chez votre psy et ça devrait marcher >>>>>>>>
1. «  Il ne pleut jamais dans les aquariums «, les aventures d’Hubert et de ses amis Victor un poisson rouge, Patrick un ficus et Marie qui a eu un grave accident ….
2.  «  Isabelle «  les cinq amis comme les quatre doigts de la main et les boites de pâté …
3. «  Tante Jacqueline «, les aventures d’Hubert dans une petite ville en attendant son rendez-vous dans le cimetière avec tante Jacqueline décédée il y a peu …
4. «  L’ascenseur «  comme son titre l’indique, une histoire d’ascenseur, d’escalier…
5.  «  Vincent «  Hubert et son ami Vincent et les gens vernis …

Extraits :

-  un père verseau, une mère poisson et le tour est joué. Je bénis très souvent le ciel que ma mère ne soit pas taureau.
- J’ai regardé le taxi qui s’enfonçait dans le brouillard. Le plus étonnant, c’est qu’il n’y avait pas de brouillard. D’ailleurs, il n’y avait pas de taxi non plus. Je regardais quelque chose qui n’existait pas qui s’enfonçait dans rien, et ça me passionnait.


Jean-Luc Fonck sur le net, ici :

dimanche 25 août 2013

Stanislas Georges : " Le témoignage de la dame de coeur "



Ils sont quatre séniors. Ils se surnomment les quatre Grecs, rapport que dans les années ’70, ils « faisaient gréco-latines «, comme on dit chez nous. En 2020, un challenge s’offre à eux : « découvrir si  les écrivains liégeois Stanislas-André Steeman et Georges Simenon se sont rencontrés un jour ? «. Si oui, il y un petit pactole à la clef : 20.000 euros à empocher (ce qui mettrait du beurre dans les épinards pour nos quatre amis dont les fins de mois sont assez laborieux …). Vont-ils réussir ? Oui mais en partie et ce n’est pas dévoiler le roman que de dire que cette rencontre a bien eu lieu :  … dans une chapelle, mais encore faut-il savoir où ? quand ? et dans quelle circonstance ?

Voici un petit roman très drôle, adorable même, magnifiquement élaboré et qui se lit avec grand plaisir.
Petite fantaisie au café liégeois !

Extraits :

-  Premier mardi de février, il est 2020 au compteur du siècle. La Meuse glaçonne, les ponts frissonnent. Liège tire encore sur les câbles d’un hiver rigoureux. Sous la rotonde de l’ancienne bibliothèque des «  Chiroux «, le dernier bistrot rond de la ville, le «  Bouquin «, est resté cette sorte d’igloo qui sent bon le refuge pour poètes égarés.

-  Le premier type a les joues rouges des lendemains souriants, c’est le modèle du troisième âge entreprenant avec sport, loisirs et voyages. L’autre a le teint cireux des désenchantements des lendemains, c’est l’image de la grande lessive de l’âge où les peaux tombent jusqu’aux manches du veston usé de la vie.


Mais qui est ce Stanislas Georges ? Voyez ici :


City parade 2013 à Lîdge


                                          Si j'avais 17 ans, aucun doute : je m'éclaterais dans ce genre de truc ... ahurissant ... 175.000 personnes qui suivent, en dansant, 22 semi-remorques ...


video

                                              La tête du cortège ...


video

video


video


samedi 24 août 2013

" Promenade Daniel Charneux ", emmenée par Daniel Charneux lui-même et Guy Delhasse


                                           Suivez les guides : Guy Delhasse et Daniel Charneux



Ce samedi 24 août 2013, le fil conducteur de la promenade littéraire -  " parlante " - était  le dernier roman en date de Daniel Charneux :  " Comme un roman fleuve ". Le Meuse est le vrai héros de ce livre 100 % liégeois et ce fleuve englobe François et Sonia, les quais mosans, les maisons, les places, les bistros, les boutiques, les rues, les joies, les bonheurs, les petits et plus grands drames de tous les jours ...



Plusieurs haltes-lectures le long de cet éblouissant ravel liégeois : le Pont Maghin, la Passerelle, le pont Kennedy, devant le 24 quai Marcelis qui est , dans le roman de monsieur Charneux, la demeure de Sonia et François (  ici en l'illustration), ...


A bon port près de la statue " Le Rameur " de Mady Andrien

video

trois courtes vidéos de très médiocre qualité mais comme on dit " juste pour le fun " ...
( pour le plaisir de s'en souvenir ...)

video


video


                                           Repos de quelques derniers randonneurs en fin de parcours


--------------------------------

Une " critique " du livre de Daniel Charneux : " Comme un roman fleuve " ici :

http://catinus.blogspot.be/2013/02/daniel-charneux-comme-un-roman-fleuve.html

Et l'excellentissime guide des romans liégeois, signé Guy Delhasse, ici :

http://catinus.blogspot.be/2012/12/guy-delhasse-le-guide-litteraire-de.html

vendredi 23 août 2013

Amélie Nothomb : " La nostalgie heureuse "




Ce livre est qualifié de «  roman «. Ne vaudrait-il pas mieux le classer dans la rubrique  « récit-partiellement-autobiographique « ?

  Après le célébrissime «  Stupeur et tremblement «, le très troublant «  Biographie de la fin «,  le divin «  Métaphysique des Tubes «  et l’étrange «  Ni d’Eve, ni d’Adam «, Amélie nous reparle à nouveau de ses années envoutantes qu’elle a vécues au Japon.
En 2012, une équipe de France 5 met sur pied un voyage au pays-du-soleil-levant en compagnie de notre écrivain. Peut-être avez-vous vu, à la télé ou sur le net, ce documentaire assez stupéfiant ? «  La nostalgie heureuse «  raconte  ce voyage, décrit la réalisation de ce docu. Ainsi, vous retrouverez à nouveau, 40 ans plus tard, la rencontre avec sa nounou, Nishio-San, une immersion de quelques minutes dans ce qui fut son école maternelle ; de courts séjours à Kyoto, Tokyo, Fukushima ; les retrouvailles avec son premier fiancé japonais, Rinri.

Se lit agréablement, facilement, quasi d’une seule traite et sans l’aide permanent du dico.

 A pointer, de jolies phrases dont vous allez pouvoir lire quelques exemples ici-bas.



Extraits :


-  Tokyo, c’est d’abord un rythme : celui d’une explosion parfaitement maîtrisée. Quand on y revient après une longue absence, on doit s’isoler quelques secondes en une sorte d’apesanteur pour réatterrir dans le tempo. Dès que les pieds sentent la pulsation, on y est.

-  Certes je n’étais pas amoureuse de lui. Mais pourquoi ne l’étais-je pas ? Il était beau, charmant, gentil, intelligent, il avait de la classe, de l’humour.

-  C’est encore plus grave : moi non plus, je ne suis pas une hypothèse crédible. J’ai tant de preuve de mon inexistence – et elles sont si écrasantes que je ne les exposerai pas : tout le monde serait convaincu.

Mallarimbaudelappolverlavilloncatubanvibashômaeterlverhaerpétrarquelamarvigny, il y a du magma de poètes dans ce crâne, je ne peux en dégager aucun.


-  (dans le quartier de Shibuya)           Je suis une aspirine effervescente qui se dissout dans Tokyo.



---------------------------

Un bonus, un extrait du documentaire, " Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux " :

http://www.rtbf.be/video/detail_amelie-nothomb-une-vie-entre-deux-eaux?id=1754212&gclid=CMK6yo6_lLkCFYOWtAod-0EAqQ

mardi 20 août 2013

" Salut Maurice " n° 74, août - septembre 2013



" Salut Maurice " le bimestriel gratuit du quartier Sainte-Marguerite est sorti de presse.
 Il est disponible un peu partout : dans nos magasins, au relais emploi, dans nos bistrots, à la mairie, à l'hôpital St-Jo, ... et même aux Chriroux, à l'Académie, à l'Unif etc...

Et en version numérique ici :

http://www.sainte-marguerite.be/joomla/images/stories/SalutMaurice/SM%20%2074%20ao%C3%BBt-sep2013.pdf


lundi 19 août 2013

Promenade au cimetière de Sainte-Walburge, proposée par Aline Boland




                                                  Madame Aline Boland

Ce lundi 19 août, l'admirable Aline Boland, doyenne des guides de la ville de Liège, - elle a plus de 90 ans ! - invitait une trentaine de curieux à la (re-) découverte du remarquable cimetière de Sainte-Walburge







Madame Aline Boland, en verve



Veuillez excuser la très mauvaise qualité de ces deux courtes vidéos, mais comme on dit,
 juste pour le fun ...

video

                                            ... A propos d'Emile Sullon ...

video

                                            ... A propos de Frédéric François ...

dimanche 18 août 2013

Georges Simenon : " Les fiançailles de M. Hire "




Bon, d’accord ! Le passé de monsieur Hire n’est pas glorieux-glorieux, soit, mais ce n’est pas une raison pour lui tomber sur la bosse chaque fois qu’il se passe quelque chose de fâcheux à Villejuif. Et tiens, justement : on vient de retrouver le cadavre d’une fille, sauvagement assassinée dans le coin. Le coupable est tout désigné : il doit s’agir de cet affreux petit bonhomme dont on ne sait rien ou pas grand-chose de bon en tout cas… Mais Hire connait le coupable car il a épié la bonne de l’immeuble…  Il n’a cependant pas trente-six solutions … une lettre anonyme le tirera d’affaire. Mais la missive arrivera-t-elle à temps ? …
Encore un excellent de l’ami Georges. Bon suspense. Pour info, on en a tiré un film mais le mieux est de d’abord lire le bouquin. Enfin vous faites encore ce que vous voulez, mais …


Extraits :


*  - J’étais vendeur dans un magasin de confection de la rue Saint-Antoine.
     - Aboyeur, exactement. Ou racoleur. Vous arrêtiez les passants sur le trottoir pour les décider à entrer.

*   Mais son regard ne se détournait pas du commissaire. Il restait rivé à lui, comme celui d’un animal battu qui se demande le pourquoi de la méchanceté des hommes.

samedi 17 août 2013

Promenade Izoard, proposée par Guy Delhasse



Promenade exceptionnelle à plus d'un titre. Emmenée par trois guides : Maria Beuken, secrétaire et amie de Jacques Izoard - Guy Delhasse, surnommé à juste titre " le gardien de buts de la littérature liégeoise " et Gérald Purnelle, licencié en philologie classique à l' Ulg et ami de Izoard.

Au menu du jour pour la bonne vingtaine de participants à ce ravissant parcours littéraire :  anecdotes à propos du poète, souvenirs et témoignages ainsi que de très nombreuses lectures.


                                         Demeure du poète, 50, rue Cheveaufosse


                                             ...  notre hôte ...



                     
                                         Un grand merci à Maria Beuken - Guy Delhasse - Gérald Purnelle

video


video


Vous voulez en savoir plus ? C'est ici :

http://catinus.blogspot.be/2012/04/jacques-izoard-poete-jiche-au-dessus-de.html

et ici :

http://catinus.blogspot.be/2012/02/jacques-izoard-osmose-perpetuelle.html

jeudi 15 août 2013

Fêtes en République Libre d'Outremeuse les 14, 15 et 16 août 2013



                                            Une potale


                                           Procession du 15 août


                                         Si ce n'est pas Tchantchès, c'est sûr son frère ...


                                                  Santé, eh don', mî p'tit fî  !


                                         Et une rafale de géyants, une  !


                                                     Repos bien mérité d'un emplumé ...


Quelques images et vidéos du " Mati l'Ohé " cuvée 2013


video



Eh qwè, Chouchou ?

video



                                          Tiens ! Mes quasi voisines ...

video



video



L'enterrement de Matî l'Ohê ("Mathieu l'os" en wallon) est une cérémonie burlesque qui clôture les festivités du 15 août à Liège, par cet "enterrement de l'os de la fête". Cet enterrement folklorique est célébré en l'église Saint-Pholien et ses alentours enOutremeuse, un quartier de la ville, le 16 août, lendemain de la Sainte-Marie, à 17h2. Matî l'Ohê est un jambon à l'os comme le laisse deviner son appellation wallonne qui signifie Mathieu l'os.
Le cortège, accompagné d'un orchestre de cuivres alternant marches funèbres et airs enjoués de dixieland, débute du coeur du quartier en rue Roture, pour parcourir le faubourg jusque tard dans la soirée (voire tôt le matin3) à proximité des débits de boisson, distribuant généralement du peket. Accompagnant divers prétendus ministres du culte catholique, notables en haut de forme, et autres enfants de coeur, de nombreuses pleureuses, généralement en habits Belle Époque ou Années folles, agitent des branches de céleri en guise de fleurs en vantant les qualités du défunt4.

mardi 13 août 2013

Cavanna : " Louise la pétroleuse "





                                                           Dessin de Cavanna

Petite fantaisie graveleuse, signée par l’auteur des Ritals, des Ruskoffs, de Maria, … : François Cavanna.
Introduction : «  Voici, ma chère enfant, un livre qui te raconte l’histoire d’une petite fille qui, au lieu d’être modeste, obéissante et pieuse comme toi, fut une orgueilleuse, une raisonneuse et une répondeuse. Tu verras comme le bon Petit Jésus l’en a bien punie. Puisse cette histoire t’inciter a toujours suivre les conseils de tes excellents parents et à ne pas regarder par le trou de la serrure lorsqu’ils sont au lit. «  -  Ta grand-mère, Comtesse de Ségur, née Rostopchine –
Avec par ordre d’apparition : Camille, Madeleine, Sophie, Louise, la bonne, Gribouille, le général Dourakine, etc …
Se lit en quelques minutes avec une saine délectation !

 A recommander à tous les grands enfants, de préférence pas trop sages. 

lundi 12 août 2013

San-Antonio : " Céréales killer ", roman agricole



 Mélanie Godemiche est retrouvée assassinée ( et si ce n’était que cela ! ) dans une rave party. Heureusement, le commissaire San-Antonio en quète. Dans ce roman posthume - il fut achevé par le fils de Frédéric Dard – San-Antonio est bien entouré : par son fils himself, l’incontournable Bérurier, plus gravos que jamais, et son épouse Marie-Marie. L’occasion de grands, d’ énooormes délires de tous bords, y compris des sexuels au raz-des-paq’rettes (les fervents lecteurs sauront apprécier) et des scatologiques. Je vous aurais bien balancé une perle ou l’autre , en extra bonus, mais j’ai quand même mes pudeurs … Voici tout de même deux extraits parmi tant d’autres en guise d’apéro.


Extrait :

-  C’est un ado grand et costaud. Seulement, son Q.I. a dû être repêché avec l’épave du Titanic. Moins douze sur l’échelle de Clystère.


-  A Pantruche, la nuit est livrée aux truands, aux poivrots, aux tapins et aux marginaux de tout poil. Alors que dans les pays du soleil, la noye appartient aux familles. A Séville ou à Rome, il est normal d’emmener son marmot au restaurant sur les couilles de minuit.

dimanche 11 août 2013

Vues sur le Net




* Sur une plage des Comores :


* Chat déguisé en aspirateur-requin et ses amis

http://www.youtube.com/watch?v=Of2HU3LGdbo

* Reconstitution de la cathédrale Saint-Lambert :

http://www.rtbf.be/vivacite/article_video-reconstitution-de-la-cathedrale-st-lambert?id=7957027&category=ALLER+RETOUR+LIEGE&emissionId=4133&sourceTitle=Aller+Retour+Li%C3%A8ge

* Courage ! Nous y sommes presque ... :

http://www.youtube.com/embed/WfGMYdalClU

* La carte de l'Europe sur 1.000 ans " ( mettre en plein écran)

http://www.liveleak.com/view?i=14d_1348362692

* Portraits de femmes dans la peinture - diaporama. ( mettre le plein écran). Musique de Bach :

http://www.dailymotion.com/video/x24lfp_portraits-de-femmes_creation

* Hommage à Columbo (optez pour le plein écran) :

http://www.youtube.com/watch?v=X_1hRdLI4nI

* Amélie Nothomb en 1994 dans son appartement :

http://www.sonuma.be/archive/dans-lappartement-dam%C3%A9lie-nothomb

* L'artiste d'avant-garde Laurie Anderson donne un concert au Cirque Divers de Liège en 1981. Son spectacle multimedia "United States" comprend le single "O Superman (For Massenet)", qui connaît à l'époque un succès totalement inattendu. Cette performance est enregistrée par l'équipe de l'émission Vidéographie et rediffusée dans Ligne Rock du 9 janvier 1982. " O Superman " en version française !



A suivre >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

jeudi 8 août 2013

Georges Simenon : " Le riche homme "


Victor Lecoin est homme fort, entendez bien bâti, et, par surcroît, riche. Avec son épouse Jeanne, il tient une ferme et est éleveur de moules et d’huîtres. Il est respecté…

 Ce roman de Simenon, écrit en 1970, est l’histoire d’un homme qui veut posséder sexuellement toutes les femmes qui l’entourent (et même les autres) … Mais avec Alice, c’est différent …

Encore une fois, voici un tout-tout-tout grand roman de Georges Simenon  ! ! !


 Extraits :

- Et c’était devenu, petit à petit, cette sorte d’association dans laquelle les sentiments n’avaient aucune place. Il l’aimait bien, dans le fond, mais ce n’était pas de l’amour.


-  C’était plus fort que lui. Il avait envie de toutes les femmes, peut-être parce que cela le rassurait. Mais le rassurait à quel propos ? Qu’est-ce qui pouvait encore l’inquiéter ou le tracasser ?

mercredi 7 août 2013

Jean-Bernard Pouy : " Sirop de Liège "






Voilà un bien étrange petit roman. Nous sommes au cœur d’une famille liégeoise du quartier populaire de Droixhe. Les narrateurs changent presqu’à  chaque page ; en vrac et la liste est loin d’être exhaustive : le gros Freddy un poisson-chat énorme et très vieux – Eddy le pêcheur – un chat – un chien- une vieille dame – un tram- un livre – le string d’une fille – le frère de la fille-  le père de famille – la Meuse (le fleuve) – la boule aux mille facettes d’un dancing – la sono de la disco – la serveuse – le barman – une cuvette de w.c., etc… Cela semble assez ardu à lire et pourtant ça fonctionne sans difficulté. C’est donc bien là où réside la particularité de ce bouquin et de celle de l’auteur lui-même d’ailleurs. Ambiance !

A souligner également les dessins remarquables signés Joe G. Pinelli qui truffent ce livre, pour notre plus grand bonheur…


Extraits :


-  Si tu crois que le Capital il pense à toi, tu te mets le doigt dans le prolétariat.


-  (…) Les villes qui ont des trams ne sont pas pareilles que les villes qui n’en ont pas, le tram, ça aère les rues et avenues les rues et avenues, ça fait ding, ding ! et mon roulement, mon fracas si particulier, ce grondement sourd et régulier, c’est reposant pour ceux qui dorment et qui m’entendent passer, dans un sommeil, ils doivent se dire, tiens, le premier tram, il va être six heures, j’en ai encore une devant moi, au chaud dans les plumes, super, en plus, y a pas grève, tant mieux, et puis le tram c’est autant d’autobus puants en moins, ces autobus qui cahotent, qui démarrent et freinent sans prévenir, avec tous les passagers qui valdinguent ou qui s’accrochent comme des malades aux barres et poignées, le tram c’est lent et  régulier, ça accélère et ça ralentit doucement, ça glisse, ça n’a pas peur des bagnoles, c’est sur des rails, c’est rassurant, les rails, ça mène toujours où ça doit mener, le tram, c’est comme les petits trains de notre enfance, c’est le train dans la ville, un train rassurant parce qu’il ne va jamais bien vite, mais là où il va, il y va, le tram, ça ne tombe que très rarement en panne, c’est rare, les pannes de tram, le tram c’est l’avenir. (…)

mardi 6 août 2013

Avant-goût des journées du patrimoine des 7 et 8 septembre 2013 à Saint-Marguerite, Liège



Un très joli immeuble de la rue Sainte-Marguerite


Ancienne voie d’accès privilégiée au centre historique de Liège, Sainte-Marguerite a conservé de nombreuses traces de son histoire à la fois comme quartier intra muros et comme faubourg actif.

- Des visites guidées, avec accès exceptionnels, seront organisées par Joseph Deleuse, guide officiel de la ville,  les samedi 7 et dimanche 8 septembre à 10 h   et à 14h30, par groupe de 30 personnes maximum (durée 2h30). Réservation obligatoire !

- Une exposition «  Sainte-Marguerite : hier et aujourd’hui «, rue Sainte-Marguerite, 126, sam. et dim. de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30.

- La chapelle Saint-Charles de l’hôpital Saint-Joseph pourra être exceptionnellement visitée ces deux jours de 14 à 17h30.

-  Renseignements et réservations obligatoires : 0475/80.41.35 (du lundi au vendredi de 10h à 18h) ou par courriel à presidence@valdelalegia.be


Axé sur le patrimoine bâti et la Légia, le circuit de la promenade comprend notamment la visite de l’ancien hospice Sainte-Agathe (17 è s.), sa chapelle et son parc (en cours d’aménagement), les traces du charbonnage Bonne-Fin, une des anciennes portes de la ville, les jardins de l’institut Saint-Sépulcre, les deux fontaines Roland, la chapelle Saint-Charles de l’hôpital Saint-Joseph (19 è s) et la cour Firquet ( 19 è s) récemment entièrement restaurée. 



Chapelle Saint-Charles, 7, rue de la Légia



Probablement le plus bel édifice de Liège ...


A la rue des Remparts, lieu incroyable ... (attention : fantômes !)




                                                 " Au monde renversé " impasse adjacente à la rue Hocheporte


                                                     Un des très nombreux immeubles restaurés du quartier



Et pour les journées du patrimoine à Lîdge en 2013, c'est par ici :

http://catinus.blogspot.be/2013/09/survol-des-journees-du-patrimoine-des-7.html