" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

vendredi 28 mars 2014

Une belle soirée au théâtre à Denis : " La bonne du curé "


                                          Accueil chaleureux des acteurs au coeur de bois



                                           Rideau


                  Tchantchès a enfin trouvé du travail, il est devenu ... bonne du curé. Il n'y a pas de sot métier ! Sauf que notre ami a une vie un peu turbulente pour ce poste et quelques ennuis avec sa fille qui court après tous les garçons du quartier ...



                                                  Nanesse, Tchantchès et le curé



                                          Nanesse, le curé, la fille de Tchantchès, Tchantchès et le fiancé


                                            Remarquez la bouteille de pècket avec l'effigie de " Papa "


                                           Au musée du théâtre à Denis, 302 rue Sainte-Marguerite







                                                Le Théâtre à Denis fête son 19 ème anniversaire

mercredi 26 mars 2014

Tu es un vrai Liégeois si ...




A s’veyou çoulà ? On’e saqwet qui fait l’buzz comme on dit a’ s’t’heure, dji creu. 
C’est so Faceboook : «  Tu es un vrai Liègeois si … »
Vin r’louqué on cô , valet ! C’est châle - quén affaire à Lîdge ! - :


lundi 24 mars 2014

Renée Brock, poétesse liégeoise


    
                                            

Renée Brock est née à Liège, le 13 septembre 1912, et est décédée à Esneux, d’une crise cardiaque, le 12 mars 1980 à l’âge de 67 ans. Elle allait publier un second recueil de nouvelles. Elle avait passé toute son enfance dans les quartiers de Hocheporte et Sainte-Marguerite. Mariée à 20 ans, elle eut deux fils et commença à écrire des poèmes à 30 ans. Marcel Thiry, Cendrars, Michaux, Bachelard les avaient aimés. Quelques titres de recueils : «  Poèmes de sang «  en 1949 – « Solaires «  en 1950 – et « l’Amende amère «  en 1959.
Elle excellait à chanter l’amour maternel et l’amour du couple, la nature, la vie animale. Membre de l’A.P.I.A.W., elle offrait l’hospitalité aux écrivains qui venaient donner des conférences à Liège. C’est ainsi que logèrent chez elle Marguerite Yourcenar, Ungaretti, Etiemble, Francis Ponge, Roger Caillois, Maurice Genevois, Jean Cayrol et Georges Simenon qui avait oublié sa pipe en partant.


                                            Matin de mai

Les boueux dans l’air bleu font voler les poubelles.
Le mazout sur l’asphalte ouvre ses arcs-en-ciel.

Dans l’odeur de la cendre et du marc de café
Brillent les tessons verts et la faïence à fleurs.

La rue tremble et frémit
Du funéraire charivari des déchets
Puis entre dans sa norme au cri creux du fer vide.

Des femmes en peignoirs bon marché, japonais,
Sont sur les seuils, le teint plus gris d’être au soleil,
Et plongent dans la rue triste sans immondices
Leur patience étrange où dort l’eau des vaisselles.

                                           Anniversaire

Plus tu avances dans le temps
plus le temps me ramène
aux huit lunes bénies
d’avant ta naissance.

quand je te portais,
petite anémone de mer
toujours mouvante
dans le flot de mon amour
et le mystère de mon ventre


                                           Il neige

Il neige sur mon jardin
Sur mon âge incertain
Trop jeune pour être vieille,
Mais trop d’années pour être jeune.
Age fragile, âge tendre
Comme la neige de novembre
Comme la neige ce matin.



Note : plusieurs de ses livres sont disponibles à la bibliothèque des Chriroux, par exemple.

dimanche 23 mars 2014

Jacques A. Bertrand : " J'aime pas les autres "




Tout est dans le titre ! Et si, tout comme le narrateur ( l'auteur ?), vous pensez qu’il a existé, dans votre vie, une quantité infinie d’occasions de détester les autres, alors ce bouquin devait vous ravir.

Extraits :

- Parmi les anciens pensionnaires (du lycée, du collège), vous en verrez qui vous assureront que ce n’était pas si terrible que ça, et certains prétendront même avoir passé au lycée les meilleures années de leur vie. C’est tout les autres, ça. Jamais complètement d’accord avec vous. Toujours à s’efforcer de penser le contraire de ce que vous pensez. Par pure bêtise, si vous en voulez mon avis.

- En dehors des terrains de rugby, une sale réputation me collait à la peau, celle du «  gentil ». Surtout chez les filles. «  Il est  gentil «, comme garçon . » Ce qui signifiait – les garçons étant réputés méchants, lourds et j’en passe – que je n’existais pas vraiment « comme garçon ».

-  Je ne prétends pas qu’il ne se soit pas passé durant cette jeunesse qui s’étirait en longueur – c’est le sort de la jeunesse – toutes sortes d’évènements majeurs que j’ai classés provisoirement sans suite.

-  Les filles continuent à se comporter de manière étrange. Celles que vous adorez ne vous trouvent pas attirant, et vous n’êtes pas attirés par celles qui vous adorent. Des années plus tard, vous retombez sur une qui vous adorait et vous vous tapez mentalement la tête contre les murs (comment ai-je pu laisser échapper cette perle ?) Sait-on jamais après quoi on court ?

-  On est rarement heureux à vingt-trois ans. Je ne dis pas qu’on est forcément plus heureux plus tard. La nostalgie du passé et l’angoisse du futur.

-  Ce qui se passe dans le cerveau des êtres humains est comparable en puissance au big bang, à la folle course des galaxies vers le fin fond de l’univers, qui n’en a peut-être pas, de fin fond, aux trajectoires des comètes, aux choc titanesque des météores, au désespoir des trous noirs ….


-  Bref, j’aurais eu une enfance plutôt heureuse, s’il n’y avait pas eu les autres. Vous allez rire, mais je viens d’avoir soixante ans. Nul. C’est l’âge bête. Vous croyez pouvoir vous vanter d’avoir accumulé de l’expérience et l’expérience, ça ne sert à rien. La vôtre ne peut servir à personne, elle ne vous sert même pas à vous. C’est l’âge où vous êtes tenté de vous prendre pour quelqu’un. Professeur. Docteur. Président. Académicien. Grand Mamamouchi. Grand-père.

samedi 22 mars 2014

Morita Ryûji : " Les fruits de Shinjuku "




Deux ados et une nana philippine dans le quartier de Shinjuku (Tokyo).
 Vols à l’étalage, amphétamine, médoc, dérives, … Ah ! elle est jaunie la jeulessee nippone !

Une nouvelle qui se lit facilement et abondement illustrée.

vendredi 21 mars 2014

Armel Job : " Dans la gueule de la bête "



Volko, un jeune Liégeois, a épousé Fannia. Tous deux sont Juifs. Et par les temps qui courent – nous sommes au début des années ’40 -, il vaut mieux les appeler par leur noms d’emprunt : ce sera donc Grégoire Demarteau et Nicole Piedboeuf. Ils ont une fille, Hanna – oups, pardon Annette – qu’ils ont confié à un orphelinat, tenu par des bonnes sœurs. Grégoire est tailleur et habite chez Mme veuve Guignard, rue Ste-Marguerite où elle tenait jadis une épicerie. Nicole est femme d’ouvrage chez maître Desnoyer, un notaire.
La chasse aux Juifs peut commencer ...

Armel Job semble apprécier écrire des romans aux multiples personnages qui s’entremêlent, se côtoient. Aussi – et comme il faut de tout pour faire un monde – nous faisons, au fil des pages, la connaissance d’Angèle la fille de madame Guignard, l’avocat Vandenbergh, José Kaiser et son épouse Laja, Oscar clerc chez le maître Desnoyer, Pierre Baumann un collabo, etc… (si vous vous méfiez de votre mémoire, prenez des notes, c’est plus mieux ). Tout ce beau monde se croise, chacun assurant son rôle.
Un roman sacrément bien ficelé par un des auteurs belges francophones les plus réputés, qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout.
S’il s’agit d’une œuvre de fiction, certains personnages ont réellement existé comme l’avocat Max-Albert van den Berg, l’évêque de Liège Mrg Kerkhofs, le bourgmestre de Liège Joseph Bologne,etc.
L'histoire se déroule entièrement à Liège, entre autres dans le quartier Sainte-Marguerite, rue Grétry, dans le café des Mimosas rue Maghin, à Seraing, ...

Extrait :

- Dans sa loge, la sœur portière tripote son trousseau de clés. Elle s’ennuie. C’est très mal. Une sœur doit toujours s’occuper. Le diable peut mettre à profit le moindre instant d’oisiveté pour s’insinuer dans le cœur.

-  Rue Sainte-Marguerite. (…) L’immeuble appartient à une certaine veuve Guignard, bien connu dans le quartier, qui a des appartements aux étages.
Autrefois, Mme Guignard tenait une épicerie. Elle est fermée depuis le début de la guerre.

-  Ancien séminariste, c’est pire que défroqué. Le défroqué inspire de la répugnance. Même s’il a jeté sa soutane aux orties, il n’en est pas moins prêtre. Sacerdos in aeternum. Sa puissance est toujours là. Il fait peur. Tandis que l’ancien séminariste est un avorton. Il excite la moquerie. C’est le canard boiteux qui n’a pu supporter l’eau bénite et que les poules becquettent sur la terre ferme.

-  Que n’était-il resté à la maison le 20 août 1914, le soir où des soldats allemands éméchés s’étaient d’abord canardés mutuellement, se prenant pour des francs-tireurs, avant de ramasser les civils dans les parages et de les coller au mur pour venger leurs blessés.

-  L’Ourthe et la Meuse confluent à Liège. L’Ourthe arrive de la campagne, la Meuse débouche des faubourgs. L’Ourthe est une bonne fille, saine, nue comme la baigneuse un peu grasse du Déjeuner sur l’herbe. La Meuse est une hercheuse, une ouvrière à la manière de Constantin Meunier, caleçonnée jusqu’aux jarrets, les manches de la camisole retroussées, les cheveux serrés dans un mouchoir de tête. Elle est forte et belle mais, quand elle entre dans la banlieue, elle a mieux à faire que de s’occuper de sa beauté. Elle travaille. Qui s’intéresse à ses charmes devra les deviner derrière les hardes industrielles qui l’enveloppent.


- A la campagne, les curés s’ennuient comme des rats morts. Ils n’ont pas d’autre choix que de finir apiculteurs, sourciers ou ivrognes.

jeudi 20 mars 2014

Liège en 1979








- La Meuse, jeudi 4 janvier 1979
Un livre de Jean jour sur la Batte et les quais, illustré par Jacques Donnay (…)

- Vendredi 5 janvier
Au 6 è jour, nos villes se secouent. Bruxelles et Liège appellent à l’armée et des chômeurs (+ des privés). Pas de football. Prévision aujourd’hui  - 5  à – 10°, la nuit prochaine – 10 à – 18° (comme au réveillon). Le week-end : neige. (…)





- «  L’Avenir du Luxembourg »« ,  lundi 8 janvier 1979

Au cœur de Liège, tout un quartier disparaît. On démolit tous les immeubles élevés entre les places Saint-Lambert et du Marché



-  «  L’Avenir du Luxembourg », vendredi 19 janvier 1979
L’expérience du pendule de Foucault



- «  L’Avenir du Luxembourg », 13 février 1979
Sauvé in extrémis de la démolition, le vitrail de Saint-Nicolas du grand bazar sera exposé au musée 
du verre





-  «  L’Avenir du Luxembourg », vendredi 13 avril 1979
La réponse de quelques-unes à un scandale général de notre société, un refuge pour femmes battues


-  Mercredi 14 février 1979
Marie Delcourt est morte. Elle est un des plus prodigieux spécialistes mondiaux de la civilisation grecque et de l’histoire de l’humanisme (dont elle créa le cours à l’Université de Liège où elle fut professeur à partir de 1929). A 87 ans, elle venait de relire le Nouveau Testament et l’Iliade en grec, tout Montaigne et poursuivait ses traductions du sanscrit. «  L’Oracle de Delphes «  qu’elle a publié chez Payot en 1955 est un ouvrage capital pour l’histoire des religions. Une double page lui est consacrée dans ce journal. (…)


-  Vendredi 23 février 1979
Incendie criminel au collège St-Servais (mille étudiants) à Liège. 21 classes détruites. C’est un criminel qui a provoqué trois foyers (…) Le collège est fermé jusqu’au 1 er mars. (…)

-  Samedi 24 et dimanche 25 mars 1979
L’ancien échevin liégeois Jean Lejeune venait de terminer l’organisation du «  Musée de l’Art Wallon «  et de l’Evolution culturelle de Wallonie, lorsqu’il a été terrassé par une attaque. (…)



- Lundi 26 mars 1979
Avec RTL, Football et Chansons. Pour offrir 8 jours de soleil à des grands-parents. Ils étaient 30.000 au stade du Standard ce dimanche après-midi. (…)

-  Jeudi 29 mars 1979
Le poète belge et liégeois, Jacques Izoard, vient de recevoir le prix de l’Académie Mallarmé (105.000 f.) pour son dernier recueil : «  Vêtu, dévêtu, libre «. (…)



-  Lundi 9 avril 1979
Napoléon à tous les âges, Tchantchès aux multiples visages, le terrible «  monstre vert «, le noble Charlemagne vous attendent à l’exposition de marionnettes qui se tient aux Chiroux jusqu’au 12 avril.

-  Mercredi 14 avril 1979
La «  tour » de Droixhe (28 niveaux et 150 appartements) est achevée. (…)






-  «  L’Avenir du Luxembourg «  , jeudi 19 avril 1979

La place du Marché bombardée et ravagée


-  Lundi 23 avril 1979
Liège-Bastogne-Liège. Thurau seul contre six pendant plus de 60 km. (…)

-  Lundi 7 mai 1979
Adieu rue Sainte-Ursule. Les façades principales de la rue Sainte-Ursule, en regardant vers la place du Marché et vers la place St-Lambert. Avec elle disparaît l’une des plus vieilles voies (XII è s.) de Liège.


-  Lundi 28 mai 1979
Waseige : «  Je quitte le Standard la tête haute. »
3-0 : sauvé ! Liège : merci Sljivo !

-  Mercredi 6 juin 1979
La belote des gardiens devant la grille de la prison Saint-Léonard. A la prison, St-Léonard à Liège, la grève était totale mardi (…)


-  Jeudi 7 juin 1979
Profitant de la grève des geôliers, les détenus de St-Léonard se mutinent : peut-être 6 évasions (…)



-  Mardi 12 juin 1979
Jean-Pierre Otte (29) publie chez Laffont «  Blaise Menil mains de menthe «, le dernier volet de la trilogie sans précédent sur l’Ardenne (…)




-  Mardi 12 juin 1979
Nouvelle évasion à St-léonard qui est devenu le «  point chaud «  de la grève des gardiens. Vieille prison ne répondant plus aux exigences de la garde des détenus, St-Léonard est en passe d’être désaffectée (…) A St-Léonard ne séjournent que les détenus purgeant une courte peine et les repris de justice dont le dossier est à l’instruction (…)




-  Jeudi 14 juin 1979
Prison : la pagaille. A St-Léonard, des détenus ont en poche les clefs des cellules et d’autres portes (…)

-  Jeudi 14 juin 1979
La place St-Lambert : éclaircie en surface, taraudée en sous-sol.





- Samedi 23 et dimanche 24 juin 1979
La commune libre de St-Pholien-des-Prés fête ses 20 ans ce week-end (…) Jean-Denys Boussard fêté pour ses 20 ans de mayorat.de St-Pholien-des-Prés (…)



- Mardi 26 juin 1979
Documents exceptionnels sur la mutinerie d’hier. Noël Simons et Emile Destiné, deux reporters de La Meuse-La-Lanterne sont entrés dans la prison occupée par les détenus. Voici ce qu’ils ont vu et entendu. (…) «  Les détenus, ce sont le plus souvent des durs, quelquefois des brutes violents. Il n’est pas question d’être tendre avec eux. Mais les conditions d’hygiène et de vie, dans cette prison, sont inimaginables. (…)


- Jeudi 28 juin 1979
A la procession islamo-chrétienne de Pierreuse, les Siciliens épinglaient de l’argent sur la robe (à l’espagnole) de la Madone pendant que les Arabes récitaient des versets du Coran (…)


-  Samedi 30 juin 1979
Dizzy Gillespie, le Duke Ellington Orchestra, Dexter Gordon à Gouvy, désormais le festival de Jazz le plus important de la partie francophone du pays (…)

- Vendredi 13 juillet 1979
Au Liégeois René Swennen : un prix de l’Académie française pour un premier livre «  Dom Sébastien roi du Portugal «. Le thème de ce roman, le Paris romantique de 1840 (…)

-  Vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 juillet 1979
Le Palais des Princes-Evêques se montre avec toutes ses beautés …. Et ses défauts.



-  Vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 juillet 1979
Festival de Jazz à Gouvy. Le big band (13 musiciens) réuni par le Verviétois Felix Simtaine fera sans doute «  l’évènement «  belge du festival de Jazz de Gouvy (les 27,28 et 29 juillet)


- Mercredi 8 août 1979
Les articles du poète Gérard de Nerval, consacrés à la ville de Liège et publiés à Paris en 1841 et 1846,  sont rassemblés dans un cahier par un éditeur liégeois, Albert Vecqueray


- Vendredi 10 août 1979
Le Sarma Saint-Lambert qui sera inauguré le 22 août a nécessité l’engagement d’un capital d’un demi-milliard et fournira du travail à 260 personnes, dont 158 venant de l’ancien Grand Bazar.

- Jeudi 16 août 1979
Agressions, vols, cambriolages, bagarres, vandalisme : que faire pour stopper l’escalade et rassurer les Liégeois ? (…) (assez long article)

-  Jeudi 16 août 1979
Foule record en Outremeuse pour les fêtes du 15 août. Photo : un géant de 22 m. dans la foule à l’entrée de la rue Puits-en-Sock.

- Samedi 25 et dimanche 26 août 1979
Liège a peur la nuit. Ce que le bourgmestre Edouard Close veut entreprendre pour vider Liège de ses «  cogneurs «  (…) (assez long article)

-  Mardi 28 août 1979
Le thème de la Fête des Fous au quartier Sainte-Walburge du 30 août au 8 septembre : «  si les 600 Franchimontois avaient gagné… « 

-  Jeudi 30 août 1979
Encore 5 gangsters évadés de St-Léonard. Depuis le début de l’année, ce sont 16 détenus (les plus dangereux) qui ont fui de la prison de Liège. ASSEZ !


-  Vendredi 31 août 1979
Le Liégeois Jean Jour vient de publier un nouveau livre sur Liège «  Ceux d’Outemeuse «. Editions Livre Science, Bruxelles, 287 pages, 375 f, dédié à Georges Simenon et à Jean-Pierre Otte (….)




-  Jeudi 6 septembre
Festival de buts (dont deux penalties) pour les quarante mille spectateurs de Standard-Anderlecht.     1-0 ! 1-2 ! 3-2 ! 5-2 !  Quel spectacle !

- Mardi 25 septembre 1979

Fête de Wallonie 79 à Liège : en une seule journée, plus de quatre mille bouquettes et de huit cents fricassées furent vendues dans la cour du Palais.






-  «  L’Avenir du Luxembourg », septembre 1979

Un livre qui raconte un des quartiers les plus attachants de Liège «  Ceux d’Outremeuse » par Jean 
Jour



- «  L’Avenir du Luxembourg », samedi 29 septembre 1979
«  Les trois ponts d’Amecoeur. Le pont provisoire qui reliera le quartier d’Outremeuse au pied du Cornillion pour remplacer le pont d’Amercoeur durant les travaux est en voie de finition, comme nous le montre notre photo ( à gauche le pont d’Amercoeur, le pont provisoire au centre et à droite la passerelle prévue pour le passage des câbles) «


-  Samedi 6 et dimanche 8 octobre 1979
Jusqu’au 13 octobre à la galerie des Affaires Culturelles de la province de liège, Ernest Marneffe, la «  mauvaise conscience «  de la peinture liégeoise (…) (toute une page)


-  Samedi 20 et dimanche 21 octobre 1979
«  L’Ange aux yeux de laser «. Pour ses vingt ans de spectacle, Johnny Halliday a monté un show «  spatial «  extraordinaire. 40.000 watts, scène mobile, écrans, cascadeurs, lasers, 30 musiciens, etc.

- Lundi 20 octobre 1979
Professeur pendant plus de 40 ans à l’université de Liège, Léon Fredericq (1851-1935) fut un des plus grands savants de tous les temps. Le livre de Marcel Florkin raconte l’histoire de l’école liégeoise de physiologie.





- «  L’Avenir du Luxembourg, jeudi 13 décembre 1979

Décembre 1979  «   Le restaurant La Bécasse, rue des Dominicains disparaît à son tour sous la pioche des démolisseurs après le Grand Hôtel des Boulevards , au boulevard de la Sauvenière ; de l’hôtel Moderne, rue du Pont d’Avroy ; de l’hôtel Britanique, place de la République Française ; de l’hôtel de Suède, rue Clémenceau om descendaient toutes les célébrité venant à Liège « - Décembre 1979 in  L’Avenir du Luxembourg

-  Mardi 18 décembre

Cellules avec radio, eau chaude et froide et vue sur la campagne dans la prison «  trois étoiles «  de Lantin inaugurée officiellement (…)



- Et tout spécialement dans le quartier Sainte-Marguerite


                                            " Japy-Toutou " 22 rue Sainte-Marguerite




- «  L’avenir du Luxembourg », jeudi 12 avril 1979
Le théâtre de marionnettes accueilli à Liège ses cousins du monde entier et retrouve, chez lui, un public fidèle. (…) Plus récent, le théâtre «  Al Botroûle » ( Au Nombril) reprend le flambeau de la tradition des marionnettes liégeoise mais rajeunit aussi le répertoire. Ainsi au centre de la photo, on reconnaît un père Ubu accompagné de la mère Ubu




- Mercredi 18 avril 1979
En cherchant une crypte sous le chœur de la basilique Saint-Martin, l’équipe de l’architecte Françotte est descendue dans le caveau de l’ancienne collégiale de Liège. (article + photo)




- " L'Avenir du Luxembourg", mardi 22 mai 1979
Le musée des Beau-Arts situé 34 rue de l'Académie a fermé définitivement ses portes. Il est en effet situé dans le plan d'expropriation qui prévoit à cet endroit le passage de la liaison routière Saint-Lambert-Fontainebleau

- Mercredi 25 avril 1979
Ecole au travail et en fête à l’institut St-Laurent qui fête ses 60 ans (…)

-  Vendredi 24 avril 1979
Un parking provisoire pour plus de cent véhicules va être aménagé au quartier Sainte-Marguerite. On sait que depuis plusieurs années, une vaste propriété comprenant les immeubles numérotés de 32 à 46, rue Ste-Marguerite, et ayant un accès rue des Meuniers, était laissée à l’abandon. A la demande de l’association des commerçants concernés, le bourgmestre et l’échevin des Travaux Public ont proposé l’acquisition de cette propriété par la ville de Liège pour une somme approximative de 12 millions, la démolition des immeubles et l’aménagement à cet endroit d’un parking provisoire. (…)



- Vendredi 22 juin 1979
Les travaux de démolition des immeubles du côté droit de la rue de l’Académie viennent de débuter et se feront progressivement par tranche d’une trentaine de mètres de longueur et dureront jusqu’en décembre.
La photo : les premières maisons de la rue de l’Académie et celles de la rue des Anglais sont déjà disparues. A noter que rue des Anglais, il n’y aura que les immeubles du début de la rue qui disparaîtront.


- Mercredi 11 juillet 1979
L’hôtel de Sélys, qui va être restauré et aménagé, hébergera les invités de marque de la ville de Liège. ( long article )

- Jeudi 18 octobre 1979
Ce vendredi à 20h30, au théâtre de marionnettes «  Al Botroule «  à Liège, Eugène Savitzkaya lira des extraits de son troisième livre qui vient de paraître «  La Traversée de l’Afrique «  (…) En même temps sera présenté le nouveau numéro d’Odranek, revue dirigée par Jacques Izoard.



-  «  L’Avenir du Luxembourg », vendredi 9 novembre 1979

A vendre, la façade du Musée des Beaux-Arts





-  Mercredi 12 décembre
Une exposition sur Glain et Sainte-Marguerite «  Hier, aujourd’hui et demain » jusqu’au 21 décembre à l’école Jean Sommers place de la Victoire à Glain. (…)


Merci au journal la Meuse et à tous ses journalistes anonymes !
Merci au journal l'Avenir du Luxembourg  ! ! !
Merci à tous ces journalistes anonymes  ! ! !
Merci à la bibliothèque de l’université de Liège !
Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles !