" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

mercredi 30 juillet 2014

Pêle-Mêle


                                                       " Personnage à une fenêtre "   - Dali


                                                 " Masque "  - Shi Berming (1958 chinois)


                                                         " Terrain vague avec des maisons " - Lucian Freud


                                           " Agnus Dei " - Francesco de Zurbaran


                                         " La nuit étoilée " - Vincent van Gogh


                                                         " Ensoleillé matin "  - Lucian Freud




                                               " La guerre "  - Otto Dix

erdalinci: Stumblers, Istanbul, 2014

                                            " Stumblers "  Istambul 2014


                                                         " Citpati "


                                                             " Hot Spring '   1921  - Kobayashi Kokeî


                                          Une main de Miles Davis




Et


Georges Simenon : " Ceux de la soif "




C’est le hasard qui a amené quelques Allemands à se retrouver sur  Floréana, une île déserte des Galapagos. Le docteur Muller et sa compagne Rita qui ont fui l’Allemagne et qui aspire à une vie sans doute un peu trop utopique ; Les Herman’s et leur fils idiot dont il faut tenter de sauver la vie ; une baronne, son amant et leur domestique qui veut construire des hôtels privés pour gens riches. L’on s’en doute, la cohabitation sera difficile et même catastrophique. Sans compter que la nature humaine, jointe à une prétention sans borne et pathétique, n’est rien face à la nature.


Tout cela est excellent !

mardi 29 juillet 2014

Dimitri Verhulst : " L'Entrée du Christ à Bruxelles "



Voilà ce qu’il est convenu d’appeler un «  non-évènement ». La venue du Christ à Bruxelles est annoncée dans le titre de ce roman – ce qui serait en soi assez intéressant et même cocasse, comme scoop – ; mais IL ne viendra pas…. Oups ! Verhust profite de cette « non-occasion «  pour nous parler de la Belgique, tout au moins de la vision qu’il en a… ;  mais rien de neuf, ni de bien drôle, ni de bien intéressant si ce n’est une compilation de poncifs…

 Oups ! je sais, j’suis vache mais lorsqu’on me trompe sur le produit, alors je râle !


Passons à autre chose >>>>>>>>>>>

samedi 26 juillet 2014

Les commerces de la rue de la gare à Gouvy au tout début du 21 ème siècle ( 2001-2004)



Les Meubles Parmentier de Gouvy, réputés durant de nombreuses années bien au delà de nos frontières ...



A partir du journal de la MJG (maison des jeunes de Gouvy), l’illustrissime «  Kaléïdoscope «, voici quelques publicités de commerces de la rue de la gare de Gouvy. Tous ne sont pas tous repris, désolé, mais je me suis basé sur les quelques numéros que j’ai conservés.
Uniquement la rue de la gare, exceptées les maisons Klons et Transbel qui étaient juste-juste à la limite.
 Les autres commerces de la commune seront évoqués dans un autre article …
Ces publicités sont présentées dans un ordre tout à fait aléatoire.
 Merci à Vincent De Koninck qui confectionna ces pubs sur base des informations donnés par les commerçants.

Souvenir – souvenirs !



                                            Agri Shoping Center


                                            Coiffure Anne Noerdinger


                                                  Le Pré Fleuri


                                                   Babelvin


                                            Les  Chaussures Maron


                                                 Café du Luxembourg ( chez Frank)


                                                          Fortis Bank ( de monsieur Jean-Louis)


                                                  Jexana ( Jérome, Xavier, Nadège)


                                               Maison Klons

 
                                                               La Librairie


                                                Les Frangines


                                                      Manufleurs ( chez Manu)


                                                            Banque Parmentier et Schaus


                                                     Transbel ( chez Lina, Marie et René)


                                   " Acheter chez Jean Catin, c'est plus malin, nom d'un chien ! ! ! "

Quizz littéraire de l'été 14


Un petit questionnaire à propos de la littérature qui m’a été inspiré par la lecture du livre de Marc Lefrançois : «  Histoires insolites des écrivains et de la littérature « .


1.-  Quel poète circulait régulièrement dans les rues de Paris traînant au bout d’un ruban un homard vivant ?
2. – A qui doit-on la dictée qui serait la plus dure au monde ?
3. – Comment appelle-t-on cette maladie professionnelle de certains écrivains dite de «  la peur de la page blanche « ?
4. -  Pour être certain d’être productif et de ne pas être tenté de faire autre chose, un écrivain confiait tous ses habits à son valet, avec pour consigne de ne les lui rendre que quelques heures plus tard, une fois rempli son quota de pages à écrire. De quel écrivain s’agit-il ?
5.- Un mère surnommait son fils, écrivain, de «  petit crétinos « . Quel est le nom de cet écrivain ?
6. – Une femme écrivain aimait travailler sans son lit. Elle y mangeait également, téléphonait, recevait ses amis. De qui s’agit-il ?
7. – Il est porté en triomphe par ses fans jusqu’au quai de la gare de Rouen. Bousculade, chute, il est haché menu par un train. De quel écrivain et poète s’agit-il ?
8. – Cet écrivain est renversé par une camionnette de livraison en sortant d’un déjeuner avec François Mitterrand. De qui s’agit-il ?
9. – Quel est le nom de cet écrivain américain décédé en s’étouffant avec une capsule d’un tube d’aspirine ?
10. – Ses 500 romans sentimentaux ont été vendus à plus de 500 millions d’exemplaires. En moyenne 23 livres par an, ce qui en fait l’auteur le plus lu au monde. Quel est son nom ?
11.- Qui était surnommé «  le taureau de Normandie «  rapport à ses prouesses sexuelles ?
12.- Quel est l’écrivain qui dégoûta à tout jamais son contrôleur des contributions quand celui-ci lu une de ses œuvres (sans doute «  Sur les cimes du désespoir » ou alors «  De l’inconvénient d’être né « ) ?
13.- Quel est le point commun qui relie tous ce écrivains : Cervantès, Sade, Honoré de Balzac, Dostoïevski, Verlaine, Oscar Wilde, Apollinaire, Jean Genet ?
14.- On a estimé qu’il a engendré en tout plus de 250 enfants. De quel écrivain s’agit-il ?
15. Quel est la femme écrivain qui se suicida en se jetant dans une rivière après avoir au préalable rempli ses poches de pierres ?
16. Auteur d’un traité sur l’éducation a placé lui-même ses cinq enfants aux Enfants-Trouvés. Quel est le nom de cet écrivain ?
17. Elle n’était pas porté sur les enfants même si elle finit par en adopter un : «  Les bébés me faisaient horreur, écrit-elle. Je n’avais pas envie d’être drainée, asséchée, ni de devenir esclave d’une telle créature. » De qui s’agit-il ?
18. – Quel est le point commun qui relie toutes ces personnes : Edgar Allan Poe, De Musset, Baudelaire, Flaubert, Dostoïevski, Tolstoï, Daudet, de Goncourt (Jules), Nietzsche, Verlaine, Rimbaud, Oscar Wilde, Feydeau, Mille (Henry pas Arthur) ?
19. – Quel est l’auteur bien connu du XX ème siècle qui pissa sur la tombe de Chateaubriand ?
20. -  Quel est le point commun qui relie tous ses auteurs : Nerval, Musset, Hoffmann, Poe, Verlaine, Hemingway, Lowry, London, Fitzgerald ?


Les réponses se trouvent plus bas




>>>>>>>>>>> encore




>>>>>>>>>>>>> presque




1. Gérard de Nerval
2. Prosper Mérimée
3. Leucoséphobie
4. Victor Hugo
5. Marcel Proust
6. Colette
7. Emile Verhaeren
8. Roland Barthes
9. Tennessee William
10. Barbara Cartland
11. Maupassant
12. Cioran
13. Ils ont connu la prison
14. Dumas (père)
15. Virginia Woolf
16. J.J. Rousseau
17. Simone de Beauvoir
18. La syphilis
19. Sartre
20. Dépendance à l’alcool



mercredi 23 juillet 2014

Marc Lefrançois : " Histoires insolites des écrivains et de la littérature "



Si vous aimez les vacheries, les méchancetés, les ragots, les extravagances, etc., alors ce livre devrait vous ravir.  Nous y apprenons que les écrivains sont des personnes comme les autres,  comme vous et moi, avec leurs qualités mais aussi leurs défauts et même leurs tares . Marc Lefrançois aurait pu intituler son livre : «  Ces grands malades qui nous écrivent »
 Savoureux ! Ainsi ces extraits :

-  Simenon n’est pas seulement remarquable par sa productivité littéraire. En effet, il avoue avoir effectué un petit calcul et être arrivé à un total de 10.000 femmes, dont 8.000 étaient des prostituées. D’après lui, pour ne pas avoir le sentiment de tromper sa femme…

-  Sentant la mort arriver, Flaubert aurait poussé ce cri de dépit : «  Je vais mourir et cette pute de Bovary va vivre ! « 

-  Le père de Flaubert, qui était un grand chirurgien, déclara un jour : «  Ecrire est une distraction qui n’est pas mauvaise en soi, c’est mieux que d’aller au café ou de perdre son argent au jeu ; mais que faut-il pour écrire ? une plume, de l’encre et du papier, rien de plus ; n’importe qui, s’il est de loisir, peut faire un roman comme M. Hugo ou comme M. de Balzac. La littérature, la poésie, à quoi cela sert-il ? Nul ne l’a jamais su. »

-  Tolstoï avait perdu toutes ses dents suite à une maladie vénérienne contractée dans un bordel de Kazan. Raison pour laquelle il se laissa pousser cette grande barbe de digne patriarche : il voulait masquer sa bouche édentée, témoin de ses errances de jeunesse.

-  Juliette s’aperçut un jour que la phrase de Victor Hugo «  donné aux pauvres » que l’écrivain notait dans ses carnets intimes était un code pour signifier qu’il avait payé une prostituée.

-  On peut aussi regretter le journal que Montherlant tenait depuis son adolescence. Ne tenant pas à ce qu’on connaisse certains pans de sa personnalité et les détails trop intimes de sa vie, il jeta tout dans la Seine.

-  On ne possède pas les premiers écrits de Mishima. La raison en est que son père, qui considérait les écrivains comme des êtres efféminés et inférieurs, s’était acharné à détruire tous les manuscrits de son fils.

- Maupassant reçoit tellement de femmes chez lui que le perroquet qu’il avait adopté les accueillait par un joyeux : «  Bonjour, petite cochonne ! « 

-  Terrorisé dans son enfance par sa sœur, Arthur Adamov devait rampé à ses pieds et lui lécher ses chaussures. Une habitude qu’il gardera plus tard avec les femmes … pour son plus grand plaisir ! On peut également ajouter qu’il épousa une célèbre psychanalyste. On se demande bien pourquoi …

- Pour ne pas être dérangé pendant cette semaine qu’il lui fallait pour écrire un roman, Simenon passait une visite médicale complète, puis la faisait passer aux membres de sa famille. Alors, rassuré sur le fait qu’aucun problème de santé ne viendrait l’interrompre dans son travail, il montait s’enfermer dans sa  pièce de travail et commençait à écrire.

- Dis-moi ce que tu lis, je te dirai ce que tu es. (Mauriac ?)


- L’écrivain ne doit pas être un perfectionniste. Ce qu’il écrit doit sortir d’un coup, spontanément, sans trop réfléchir, instinctivement (+ ou – les propos de Montherlant ( ?)

mardi 22 juillet 2014

Tu viens, Chou ? ou un tour en quatrième vitesse dans les « salons « de Liège au milieu du vingtième siècle

   
               
Je ne sais pas si je vous ai déjà causé de mon ex-voisin, Antonio, dit le beau Tônio ?

«  Du temps où je vivais dans le troisième dessous, ivrogne, immonde, infâme », rue Sur-la-Fontaine, dans les années ’70, mon voisin de palier s’appelait Antonio ; il tenait à ce que les dames le surnomment «  Hippolyte «, ce qu’elles faisaient bien volontiers, - certaines en pouffant (de rire) - . Oui, le «  bel Antonio «  semblait sortir tout droit d’un film de Fellini. Il s’habillait d’un «  chic « (l’expression est de lui !) que l’on pourrait qualifier de «  douteux «. Toujours des vêtements neufs – mais pauvres : comprenez des trucs que l’on trouverait aujourd’hui à un euro cinquante la paire, ou treize à la douzaine sur la Batte. On pouvait le suivre à la trace dans toute la bonne ville de Liège, rapport à un « asperges-me » comprenez : un parfum particulièrement écoeurant, qu’il devait être le seul à trouver «  irrésistible « (l’expression est également de lui !). Hé ! 

  Antonio portait uniquement des slips kangourous, très amples . Un de ces nombreux soirs de confidence, il me montra toute une collection passablement hallucinante. Il se vantait qu’étant jeune, son sexe en érection pouvait non seulement supporter un seau de dix litres rempli d’eau, pendant de très nombreuses minutes mais qu’il était capable de l’arracher du sol et soulever ces 10 kilos bien pesés sans l’aide de ses mains (je ne sais pas si vous voyez le tableau d’ici car il faut encore y ajouter les vivas et les encouragements de son public, réuni pour la circonstance …) … Il s’était mis à la colle avec une certaine Ginette, «  la Ginetta «  une maîtresse femme, souvent orageuse, qui se prenait volontiers pour une vedette de cinéma. Quel était son âge ? Mystère et boule de gomme ! Nous dirons, pour simplifier,  qu’elle avait de beaux restes – comme on dit tout aussi poliment que pudiquement – mais cela en restait-là …  Hé !  Quand «  La Ginetta «  se chamaillait grave avec son «  Bel Antonio «  elle le traitait de «  mangeur de blanc « , ce qui, comme chacun sait, signifie :  «  profiteur « ,  voire même  de « maquereau « … Je ne vous dis pas l’ambiance ! Bon, brefle !

Antonio ( alias Tônio) quitta un jour la bonne ville de Liège pour regagner définitivement son Italie natale. Il me donna, en guise de souvenir, une bonne douzaine de slips kangourous – que je n’ai pas conservé, non merci ! – ( cela étant dit pour la petite histoire ). Mais surtout des carnets dans lesquels il aimait confier ses états d’âme. Le tout dans un français, ma foi, bien correct et rehaussé d’une calligraphie assez remarquable. Si-si ! Notre homme fut toute sa vie  un amateur de «  salons « ; vous savez ces endroits délicieux, très chauds,  sordides, troublants, où certaines dames, de mœurs légères «  que vous appelez les filles  faciles » «exercent le-plus-vieux-métier-de-monde ». Il nous a dressé un tableau synoptique assez saisissant dont je ne vous divulgue, ici, que quelques morceaux choisis.



«  Les salons à Liège au milieu du vingtième siècle « 

Les lieux de prostitution à Liège peuvent, en ce milieu du vingtième siècle, être répartis succinctement en cinq grandes zones.
Les rues Varin et du Plan incliné (gare des Guillemins ) – La rue Sur-la-Fontaine – Les rues du Champion et de l’Agneau – En Hors-Château, les rues de la Poule, de la Rose, des Brasseurs – Les bars de la route de Bruxelles et les petites rues qui entouraient le Palais des Prince-Evêques.

Ecoutons Tônio :

«   Comme je n’avais pas beaucoup d’argent, (il aurait dit «  d’arzant », évidemment, hé !) je me cantonnais dans certains quartiers, ces rues où les prix restaient à ma portée. Cependant, j’imitais les pauvres qui, de temps en temps, vont dans le centre regarder le luxe des vitrines. Du côté de la rue Varin, par exemple, les femmes portaient des bas de vraie soie, peu courant à l’époque, et j’imaginais du linge assorti, des corps différents des autres. « 
Puis :
«  Je pourrais établir ainsi une géographie d’un certain Liège, depuis les jolies filles dodues et toujours souriantes que l’on voyait, dans les bistrots du coin, attendre des habitués, jusqu’à celles aux talons trop hauts, aux hanches épaisses, au visage mal maquillé, qui arpentaient le trottoir des rues Saint-Jean-En-Île ou des Célestines, aux abords du Carré, en se reposant parfois sur le seuil, en en interpelant le client d’un «  tu viens, chou «  ou «  vous voulez passer un peu de bon temps, monsieur ? « 



Continuons notre parcours dans le quartier Cathédrale :

«  Autre point chaud, les rues Champion et de l’Agneau  et environnantes : Matrognard, Cheravoie, …,  où les salons se chevauchent littéralement les uns sur les autres, principalement au rez-de-chaussée. Des « vitrines «  en veux-tu-en-voilà pour tous les gouts et toutes les couleurs… Par temps chaud, les filles papotent sur le seuil, entre elles ou avec le client, ce qui rend l’atmosphère, comment dirais-je donc moi : très «  familial ». Certaines font le tapin rue Cathédrale ramenant «  l’amateur «  dans un hôtel de passe du côté de St-Denis ou dans une «  chambre « 

Et un peu plus loin :

 «  Celles de la rue-sur-la-Fontaine sont soit des dames d’un certain âge, bien enveloppées, parfois carrément disgracieuses ou alors des jeunes filles qui n’ont pas vingt ans. Quand les clients se font rares, elles « tournent » autour des deux boulevards ou même dans le carré ce qui fait qu’elles se chamaillent souvent avec celles des rues St-Jean et Célestine jusqu’à en s’arracher la tignasse ou se griffer au visage. Mais aucune d’entre elles ne brade les prix. « 
Note : C’est autour du Palais que Tônio m’emmena un jour pour me refiler de bons tuyaux, sans doute, chrétien comme il était, (ou croyant me faire dépuceler)… C’était-là également qu’exerçaient beaucoup de filles d’origine italienne.

Un peu plus haut :

«   Pour monter d’un cran dans mes explorations, j’ai économisé, je me suis privé. J’ai connu aussi des gamines de provinces et de la campagne, venues de Bruxelles, de Cologne ou de Paris pour entrer en service, qui faisaient les débuts mornes dans les bars de la rue de Bruxelles, par exemple ou, mieux loties déjà, dans le quartier des rues de l’Agneau et du Champion, et qui avaient toujours les pieds sales. J’en ai connu d’autres qui, à cause de mon jeune âge (mais cela remonte aux années ’20), me regardait d’un œil intriqué ou maternel. J’ai trouvé l’adresse d’entresols où, dans une atmosphère surchauffée, entre des portes qui s’ouvraient sans bruit, des tentures qu’on écartait et qu’on refermait, dans un silence d’église ou de sacristie, avec des chuchotements de confessionnal, quatre ou cinq femmes se dévêtaient et se revêtaient du matin au soir, offrant chaque fois leur corps à la même possession. »




Pour résumer :

«  1. Comme tous les quartiers situés près d’une gare, Liège ne fait pas exception à la règle (il ne manquerait plus que ça !) : rue Varin et rue du Plan Incliné accueillent volontiers le voyageur ou l’homme déjà averti. 2-Le quartier Cathédrale où règne une atmosphère «  familiale «  et «  bon enfant «. 3- Rue sur la Fontaine et le Carré, spécialement pour les étudiants, les employés et les hommes pressés. 4- Rue Hors-Château et autour du Palais, lieux que choisiront plutôt les ouvriers et les artisans. 5- Les bars, rue de Bruxelles, hyper chauds, quartier particulièrement appréciés par des hommes qui n’ont pas froid aux yeux, les voyageurs en partance qui veulent garder un dernier bon souvenir de la ville. « 

°°°°
Si vous connaissez un peu Liège, vous aurez certainement remarqué que la prostitution était omniprésente en ville. Les citoyens vivaient avec elle, elle faisait partie de leur décor quotidien.
 Ces quartiers chaud-chauds mériteraient une plaquette sérieuse ou carrément un bouquin (richement illustré !) car tout ce pan d’activité appartient déjà presque au passé. Malgré le côté fort peu moral de  «  la chôse « , l’on peut cependant les considérer comme faisant intimement partie du patrimoine cul-turel de la bonne ville de Liège.
 A bon entendeur …
                                                                   
                                                                                             Catinus




En illustration musicale :

-  «  La complainte des filles de joie » de Georges Brassens :

- «  La fille à cent sous « de Georges Brassens :

-  «  Amsterdan «  de Jacques Brel :

- «  Film «  de Pierre Vassiliu :

-  « Les filles faciles «  de Jean-Jacques Goldman :

lundi 21 juillet 2014

Les collections de Claudine

  


                                        

Je ne sais pas si je vous ai déjà causé de mon amie Claudine et de ses innombrables collections ?

Claudine habite sur les hauteurs de Liège. Ce qui est une sorte de pléonasme car comme vous le savez, à partir de la Meuse, vous ne pouvez que monter, monter, et encore monter, à Lîdge. C’est la seule ville au monde où les descentes n’existent pas. Après quelques années où elle vécut «  en couple «,  comme on dit aujourd’hui, Claudine s’est résolue à vivre seule (« mieux vaut seule que mal accompagnée » comme on dit … depuis toujours). Au début, elle n’était pas bien riche : il fallait se monter tout un ménage à partir de … zéro. » Dur-dur ! », comme on disait dans les années ’90. Maintenant, ses phynances vont mieux, merci pour elle !

 Sa première collection fut les bouchons … de liège. Pas cher, presque toujours gratuit, même, et elle en trouva vite pour atteindre un nombre appréciable, de ces bouchons. Mais était-ce là un «  challenge » digne d’elle ? Que nenni !
Sa deuxième collection fut : les casse-tête. Car, en plus d’être une artiste (encore à ce jour non-reconnue), Claudine est une fille du genre intello. Elle est très intelligente, surtout mentalement. D’ailleurs, dans le quartier on la surnomme : Miss Rolande Barthes (vous voyez l’genre !). Bref : des rubicubes de tous gabarits et de toute tailles. Des made in China, made in Germany, made in … jusqu’à en totaliser le nombre assez rondouillard de : 99.

C’est lors d’une partie de jambes en l’air avec un jeune étudiant japonais qu’elle eut l’idée de commencer sa collection de préservatifs masculin. Le jeune Suzuki lui fit le cadeau de toute une panoplie nippone de latex. Elle s’inscrivit sur un site de rencontre sur internet, ouvrit une boite postale : « 69.69.69-4000 Liège «  et au bout de 10 jours elle se retrouva en possession de plus de 1.000 boites de préservatifs : des échantillons, des montagnes de Durex, des «  de luxe «. De tous pays, de toutes couleurs, de toutes odeurs, de toutes tailles z’aussi. Elle ne manqua pas de montrer cette collection, qui n’avait rien de bien érotique tout compte fait, à deux ou trois amies qu’elle avait coutume de recevoir lors de son légendaire five ‘o clock, de 5 à 7, pour «  a cup of tea ».

Depuis toujours, les cactus exerçaient sur ma mienne amie une fascination absolument démentielle.-  Et je vois surgir de l’ombre des psys de bas-étage, tels des hyènes rieuses, pour tenter de donner une interprétation concernant cette passion, au demeurant louable et d’en tirer des conclusions les plus stupides (« Il n’est rien de plus stupide que la stupidité «  comme il est si justement dit dans «  Forest Gump »). Quoiqu’il en soit, il n’en est rien et vous perdriez votre temps à chercher et à jouer votre SigmundFreud… Revenons-en à nos plantes. Notre amie fit installer des étagères via une grande marque de meubles design (dont nous tairons le nom). Sur la première, de deux mètres trente de hauteur, étaient exposées les plantes grasses en commençant par les plus petites, au sol, puis, progressivement, elles prenaient de la taille ; la seconde étagère, en face, était conçue juste à l’inverse : les plus grands cactus au sol, jusqu’aux  plus petits qui atteignaient presque le plafond. Claudine s’éprit également de passion pour les cadres ; d’abord des petits-puis des moyens-puis des gigantesques. Je ne vous citerai pas toutes les collections « claudinesques » (néologisme par moi inventé !), nous n’en finirions pas. La dernière en date fut : celle des grenouilles. Pas des vivantes, Dieu merci ! mais des en céramique, des en plastique, des en peluches, des en métal … toutes aux plus rigolotes, disséminés partout dans l’appart.

Et ce qui devait arriver arriva. Hier, Claudine avait confié la clé de son appartement au fleuriste qui venait de recevoir un cactus géant venu du pays de Tarahumaras. Ce soir-là, en rentrant d’une brocante, elle trouva bien la clef en dessous de son paillasson, entr’ouvrit la porte et tomba nez à nez avec le cactus géant qui bloquait tout. Sans compter que la plante grasse, munie d’épines, voisinait avec une grenouille gonflable de plus de 1 mètre 62 qu’elle avait passé, la soirée de la veille, à gonfler. Le constat était sans appel : plus moyen de rentrer chez elle ! Son appartement était complètement empli par ses collections. Il ne lui restait plus qu’une seule solution : dormir sur son paillasson.

                                                                  Catinus



En bonus,
- «  Les cactus «  de Jacques Dutronc :

- « La chanson des grenouilles « :


dimanche 20 juillet 2014

Alain Rousseaux : " Retrouver et conserver sa santé par le sauna "







Un excellent livre qui fait le tour d’une activité assez particulière, il faut bien le dire : le sauna. En dix chapitres particulièrement explicatifs dont : un bref rappel historique, la peau, le sauna finlandais, l’utilisation du sauna, les maladies, l’effet du sauna sur les organes du corps, conseils divers…

Voici un rapide b a ba :


Extraits :


-  Aux premiers signes, le Finlandais choisit en priorité le sauna, et il est vrai, que pour enrayer les maladies hivernales, une bonne sudation est souveraine. Les séances peuvent être renouvelées pendant deux ou trois jours consécutifs, jusqu’à ce que l’épuration ait lieu. La fièvre a alors disparu, les douleurs ont cédé et les forces revenues.

-  Le plus important est le temps à prévoir, une séance hebdomadaire dure 1 heure 30 s’il l’on envisage 3 passages dans la cabine, suivis de 3 repos. Il est impératif de prendre son temps, les soucis doivent être laissés au vestiaire. Si le temps manque, on réduit le nombre de passage dans le sauna plutôt que d’escamoter les repos.

-  Le sauna se prend avant de manger et si quelques aliments ont été pris, leur digestion doit être achevée.

- Le sauna se prend, complètement nu,  assis, les jambes allongées sur la banquette ou repliées, les genoux vers la poitrine. Cette position réduit les différences de température entre la tête et les pieds.

-  L’amaigrissement et le sauna. Que de bêtises dites et que d’erreurs au nom de l’amaigrissement. Pour maigrir il n’y a que deux façons de procéder : réduire la ration alimentaire au-dessous de ses besoins quotidiens pour obliger le corps à puiser dans ses réserves glucides et lipides afin d’assurer sa survie. ( ... ) ou augmenter la dépense par un accroissement d’activités ( sports par exemple)



Quelques infos :



samedi 19 juillet 2014

Robert Ruwet : " Liège, la ville aux 116 clochers "





Remarquable (digne d’être remarqué !) ce dernier opus en date signé Robert Ruwet !  Il vous comblera si vous vous intéressez un tant soit peu aux édifices religieux de notre bonne ville de Liège ; et il ravira ceux (qui sont d’ailleurs peut-être les mêmes !) qui s’intéressent plutôt à l’histoire car il est truffé d’informations parfois inédites. L’on compte pas moins de (sauf erreur dans le décompte) 47 églises ou chapelles encore en fonction et en tout cas, 27 églises paroissiales. Pour chacune d’elle, monsieur Ruwet brosse un bref rappel historique de l’édifice, une note sur le saint ici évoqué et parfois, un petit mot humoristique - voire coquin-  dont il est devenu le spécialiste mais toujours en tout bien tout honneur et dans un bon goût, qui est toujours de rigueur. Les édifices sont classés par prénoms alphabétiques.

L’ouvrage est préfacé par Monseigneur Jean-Pierre Delville, évêque de Liège. Et voici ce que dit de  l’auteur, madame Marylène Laffineur-Crépin, historienne de l’Art : «  Robert Ruwet est un conteur savoureux, un écrivain passionnant, un formidable comédien, un historien aussi. Le regard attentif qu’il porte sur sa ville est malicieux, souvent moqueur, toujours bienveillant. C’est le regard d’un amoureux. D’un amoureux réservé, un rien timide, qui se cache derrière cet humour parfois sombre qui participe à sa renommée. »

Oufti ! Bien dit, là !

Un livre à recommander pour passer un bel été ensoleillé et instructif !


Extraits :

-   Saint Christophe devint donc le patron des voyageurs. Si vous prenez le volant, comptez davantage sur votre prudence que sur l’intervention de ce «  Bob céleste «.

-  On pourrait dire que Saint Gangulphe est le patron des … cocus  
                   (note de moi : si vous voulez savoir pourquoi, il vous suffit de lire ce livre).

-  C’est auprès de saint Gérard que les prostituées du coin (elles étaient nombreuses !) se rassemblaient à la messe du lundi : «  Binâmé saint Djéra, qui dji fêsse ine bonne samin’ne, s’v plèt … Ces braves dames avaient surnommé le saint homme saint Va-Vite. C’est qu’elles avaient l’habitude d’un travail rondement mené… Et plus «  ça «  allait vite et mieux les affaires marchaient.

-  L’église Pierre et Paul est située rue Ernest Marneffe (à Droixhe) ; ce peintre liégeois (1866-1920), proche de Rops mais aussi de Toulouse-Lautrec, fut parfois surnommé «  le peintre de la femme «, mais de la femme nue et qui s’offre. Aucune de ses toiles ne figure dans l’église.

-  Dans l’hagiographie chrétienne, Thomas incarne le doute : il doit plonger sa main dans les plaies du Christ ressuscité pour … être certain ! Peut-on en faire le saint patron de l’esprit critique ?


-  Est-il de bon ton de rappeler que durant des  décennies, dans le voisinage immédiat des D.I.C (dames de l’instruction chrétienne, rue Sur-La-Fontaine) opéraient les D.V.P ? C’est-à-dire des dames de petites vertus. Ce sont ces dernières qui ont dû plier bagage et quitter l’Ile des Béguines…


                            démolition du quartier de la Madeleine en 1877 et l'église Sainte-Catherine


La présentation du livre sur RTC :

mardi 15 juillet 2014

Colette : " Claudine à l'école "





La jeune française, Claudine, habite à Montigny-en Fresnois en Bourgogne. Nous sommes à la fin du 19 ème siècle. Sa mère est morte – sans doute d’une maladie ou d’un accident-. Claudine vit donc chez son père qu’elle adore ; mais lui, à part ses limaces (il est malacologue), il ne se soucie pas trop de la vie privée de sa fille. Ce présent premier ouvrage de Colette raconte, de façon romancée, la dernière année de scolarisation de Claudine. Cette jeune personne a du caractère : indépendante, éveillée, intelligente, sensible, volontaire, cinglante, frondeuse, volontiers moqueuse, et pour tout dire : effrontée. Le tout à l’extrême !  Les amitiés particulières, les coups-bas, les vacheries,  les tricheries, les railleries d’une société étriquée et hypocrite, tout y passe. N’oublions cependant pas qu’il s’agit d’un roman et que Colette n’est pas Claudine.
L’on s’y amuse beaucoup et je ne suis pas loin de penser ceci : si vous ne voulez lire qu’un seul bouquin dans votre vie, choisissez celui-là ! Avec ex-aequo «  La légende de Saint-Julien l’hospitalier «  de Flaubert, bien sûr !

Extraits :

- Sur une lisière de bois, dans un chemin creux, nous nous asseyons en rond – nous les grandes – et nous ouvrions nos corsages. Anaïs ( quel toupet) montrait un petit coin de peau citronné et disait avec aplomb : « Ils ont beaucoup forci depuis le mois dernier. « Je t’en fiche ! Le Sahara ! Luce, blanche et rose dans sa chemise rude de pensionnaire, des chemises à poignets sans festons, c’est-à-dire la règle, découvrait un « vallonnement médian « à peine indiqué, et deux pointes roses et petites comme des mamelles de Fanchette (la chatte). Marie Belhomme … le dessus de ma main. Et Claudine ? Un petit coffre bombé, mais à peu près autant de seins qu’un garçon un peu gras. Dame à quatorze ans … L’exhibition terminée, nous refermions nos corsages avec l’intense conviction chacune d’en avoir beaucoup plus que les autres.

-  Je reste dans la bibliothèque de papa, à lire la folle Histoire de France de Michelet, écrite en alexandrins (j’exagère peut-être un peu).


-  Nos maîtresses disent de vous ( donc de Claudine) :  «  C’est une jeune fille intelligente, hardie comme un page et dont il ne faut pas imiter les manières de garçon, ni la coiffure ». A Bellevue aussi, on vous connaît, on dit que vous êtes un peu folle, et passablement excentrique.

- (…) je ne verrai plus Mademoiselle, sa petite Aimée, aux yeux d’or, plus Marie la toquée, plus Anaïs la rosse, plus Luce, gourmande de coups et de caresses…

-  Oui, on me disait quand j’étais petite, que j’avais des yeux de grande personne ; plus tard c’étaient des yeux «  pas convenables « ; on ne peut pas contenter tout le monde et soi-même. J’aime mieux me contenter d’abord …

-  Ma chère, montrer sa peau comme ça ! c’est une petite catiche !

-  Fanchette s’installe et se lave ; je referme la vitre sur elle, et son ronron prisonnier vibre avec un bruit de tambour voilé, incessant. De temps en temps, je la regarde, alors elle me fait signe avec ses sourcils, qu’elle lève, comme une personne. Belle Fanchette, que tu es intéressante et compréhensive ! ( Bien plus que Luce Lanthenay, cette chatte inférieure). Tu t’amuses depuis que tu es au monde ; tu n’avais qu’un seul œil ouvert que, déjà, tu essayais des pas belliqueux dans ta corbeille, encore incapable de te tenir debout sur tes quatre allumettes ; depuis, tu vis joyeusement, et tu me fais rire, par tes danses du ventre en l’honneur des hannetons et des papillons, pour tes appels maladroits aux oiseaux que tu guettes, par tes façons de te disputer avec moi et de me donner des tapes sèches qui résonnent dur sur mes mains. Tu mènes la conduite sur les murs, l’air fou, ridicule, une trôlée de matous autour de toi. Je connais même ton favori, perverse Fanchette, c’est un matou gris sale, long, efflanqué, dépoilé, des oreilles de lapins et les attaches canailles, comment peux-tu te mésallier avec cet animal de basse extraction, et si souvent ? (…)

 Puis elle vagabonde dans les petites branches, toute blanche dans la nuit, et parle aux oiseaux endormis, avec simplicité, dans l’espoir qu’ils vont venir se faire manger complaisamment ; mais comment donc !

mardi 8 juillet 2014

Expo Emile Alexandre, au musée d'Ansembourg


                                                 Autoportrait (1955-1957)

Emile Alexandre (Liège, 1935-1973)

« L’exposition présente une sélection inédite des œuvres d’Emile Alexandre (Liège, 1935-1973), décédé prématurément il y a 40 ans. Formé à l’Académie des Beaux- Arts de Liège et licencié en histoire de l’art et archéologie à l’ULG, Emile Alexandre s’est toujours considéré comme un autodidacte. Il peint surtout la mer, des paysages, des vues de villes (Liège, Rome…), des portraits, des figures, des grands nus, des compositions avec figures. Il puise également son inspiration dans les paysages d’Italie. Sa palette est riche, ses couleurs explosives; son style spontané, lyrique, presque fauve, est rempli d’émotion et de mouvement. Sa peinture balance entre les paysages baignés de lumière méditerranéenne et l’art psychologique. Ses toiles sont des explosions de couleurs où l’homme et son monde communient.

Au Musée d’Ansembourg- En Feronstrée, 114- Liège Du 6 juin au 28 septembre 2014 Du jeudi au dimanche de 10h à 18h . »



                                         Chef lunaire ( 1969)


                                              Paysage de Liège ( St-Martin - 1972)


                                               ... une p'tite sièste au musée ?

Georges Simenon : " Malempin "


Le médecin Edouard Malempin doit annuler ses vacances dans le Midi car un de ses fils est gravement malade. C’est à cette occasion qu’il se remémore une partie de son passé. Il a grandi dans une famille d’agriculteurs que se sont mis en difficultés financières parce qu’ils avaient vu trop grand. Il se souvient de son oncle, un personne un peu particulière, grossier, franc-buveur qui, un jour, disparut, sans doute via l’intervention physique des parents Malempin…  Le jeune Edouard fut confié dès l’âge d’une douzaine d’années à sa tante Elise, épouse du fameux oncle disparu. Elle finira folle …
Bref, une magistrale saga des Malempin.


Extraits :

-   Les seules années de vie réelle sont les années d’enfance. Et après, quand on croit prendre la réalité en corps à corps, on ne fait plus que s’agiter plus ou moins à vide.


-  Comment ai-je pu devenir, presque sans m’apercevoir, à peu près aussi grand que mon père ? Je suis large aussi. Comme volume, c’est équivalent, mais mon père était dur et il y a de la mollesse dans mes contours. Il y a surtout, ce que je n’aime pas, des bouffissures dans le visage, notamment des deux côtés du nez.

jeudi 3 juillet 2014

Photos de juillet 2014


                                        ... à la mer du nord, il y a des cactus ...


                                        ... Zeebrugge, ( avec hélicoptère), juillet 14, que du bonheur ...


                                           ... cactus surréaliste ...


                                            ...  promontoire entre Zee et Blank ...


                                   Expo d'Emile Alexandre au musée d'Ansembourg jusqu'en septembre


                                  Les Tambours du Bronx au festival de Comblain-La-Tour




                                        ... souvenir de la mer : le super-pied ! ...




La revanche de Maurice Waha : 70 ans plus tard, il pose devant un char belge, ce 21 juillet 2014 lors de la fête nationale à Bruxelles




                                                         Le Valdor rue Basse-Wez




                                          ... le repos du guerrier de l' Homme de la rue Volière ( Lîdge) ...