" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

jeudi 31 décembre 2015

L'hiver 1740 à Liège




           Cette pierre se trouve derrière le musée de la vie wallonne à Liège

Il s'agit probablement d'un chronogramme .

Elle parle de l'année 1740 , date qui est gravée en fin de texte .

Une année de calamités,  dit le chroniqueur , un très rude hiver , des grandes eaux à trois reprises , le décès du pape Clément XII , de l'Empereur Charles VI , et de la tsarine ....

L'hiver 1740  , est dans les mémoires comme  " l'année du long hiver " .

"S'en soucier comme de l'an 40" , c'est peut être cette année là , marquante , qui est restée dans l'expression.

En tout cas , une année suffisamment effroyable pour que quelqu'un grave à Liège son souvenir dans la pierre .






«  Un des plus terribles hiver à Liège fut sans doute celui de 1740 ( il en fut de même pour toute l’Europe). Cette année fut d’ailleurs appelée : la calamiteuse !!
Dans la cour d’un établissement de la place Xavier Neujean subsiste une pierre de l’époque qui mentionne leurs horreurs marquant cette année qui a peut-être donné naissance à ces dictons wallons où se mêle «  l’an quarante ».
L’hiver 1740 commença tôt. Durant septante jours, des gelées noires avaient donné leur mesure en transformant l’eau de cruches, déposées dans des pièces chauffées, en glace extra-dure ! !
Pendant six semaines, la Meuse fut gelée au point qu’elle permettait sur son plan la circulation de lourds chariots de houille.
La glace emprisonne tous les bras de Meuse, les cours de l’Ourthe et les autres rivières de la région jusqu’au 24 février.
Le froid se fit moins rude dès ce jour mais les gelées et les tempêtes de neige se manifestèrent, si l’on en croit les chroniqueurs, jusqu’au début de juin !
La persistance du froid fut responsable de la destruction des récoltes en fruits et légumes. Et cela, en ces temps où les conserves alimentaires n’étaient point industrialisées comme de nos jours, constituait une véritable catastrophe pour le peuple.
Mais le gel allait ajouter au tragique de la situation créée en hiver. Une avalanche de glace faillit emporter les deux seuls ponts existant sur la Meuse  sur l’Ourthe, ceux des Arches et d’Amercoeur. Et puis, des crues subites, amenées par la fonte des neiges, créèrent les inondations les plus dévastatrices que Liège connut jamais. Toutes les rues de la ville basse disparurent sous le torrent des eaux qui reversaient les murailles et les maisons. Les eaux charrièrent des meubles, des poutres, des arbres, du bétail noyé ; leur niveau atteignit les autels des églises Saint-Denis, Saint-Paul et Saint Barthélemy.
Nombreux furent les personnes qui moururent de faim. Beaucoup de gens du peuples, pour subsister pendant les cinq semaines que durèrent ces inondations, furent contraints de se nourrir d’herbage. « 


                                               Dieudonné Boverie in «  La Meuse «  du 27 février 1956

mercredi 30 décembre 2015

Quelques crèches de Noël dans quelques églises di Lîdge


                                            En tout bien tout honneur,  la crèche dans noss' cathédrale




                                                ... même avou les rois mages ...


                                                    à la collégiale Saint-Jacques


                                             à Saint-Denis


                                             à Saint-Jean, il y en même deux


                                                     ... vue de plus près ...


                                                 la deuxième crèche à Saint-Jean


                                                    à Sainte-Julienne


                                                    ... vue de plus près ...


                                                     à la basilique Saint-Martin


                                              ... vue de plus près ...



                                                   à Sainte-Marguerite


                                              à Saint-Servais vue d'ensemble


                                                ...  vue de plus près ....


                                             à l'église Sainte-Walburge


                                             à Saint-Nicolas en Outremeuse


                                                Deux chez les Bénédictines


                                         


                                                    à Saint-Remacle en Amercoeur


                                                   ... vue de plus près ...


                             toujours à Saint-Remacle : une roue de char à boeufs des Philippines
                                                                et les rois mages




                                          à l'église Sainte Catherine


                                              à Saint Barthélemy

mardi 29 décembre 2015

Les feux d'artifice terrorisent les animaux




Pour les animaux de compagnie et en prairie, les feux d'artifice représentent une source de panique. Certains y perdent même la vie. Aussi, GAIA demande aux bourgmestres de Belgique d'interdire les feux d'artifice de particuliers. « Les infractions doivent être punies par une SAC », estime le président de GAIA, Michel Vandenbosch. « Les feux d'artifice ont pour effet de terroriser les animaux. » L'organisation invite également tout un chacun à signaler via le site web de GAIA les incidents causés par des feux d'artifice et impliquant des animaux.

Certaines déflagrations de feux d'artifice atteignent 160 décibels. Pour comparaison, un avion à réaction qui décolle produit 125 décibels à une distance de 100 mètres. En outre, les animaux ont une ouïe beaucoup plus fine et sensible que l'oreille humaine. Pour eux, les détonations sont donc une vraie torture. Chaque année, des animaux paniqués et déroutés s'enfuient loin des déflagrations et des éclairs lumineux. Ces animaux de compagnie ou de prairie finissent souvent par se perdre voire se blesser. Certains perdent même la vie.

« Je crains qu’il y aura encore des problèmes cette année », regrette Michel Vandenbosch. GAIA est donc demandeur d'une interdiction d'allumer des feux d'artifice pour les particuliers, et de sanctions administratives communales pour les contrevenants. « J'ai conscience que ce n'est pas une opinion populaire, mais que l'on se mette à la place des animaux. Pour eux, les déflagrations soudaines ne sont qu'une source de terreur. Il est donc grand temps d'appliquer une interdiction des feux d'artifice de particuliers.

L'organisation de défense des animaux encourage également les citoyens à lui signaler tout incident lié à des feux d'artifice et impliquant des animaux. Pour ce faire, elle met à disposition un lien sur son site internet, ou l'adresse e-mail info@gaia.be. « Qu'il s'agisse d'animaux qui s'enfuient car pris de panique, qui décèdent en raison des détonations... informez-nous tout incident », appelle le président de GAIA. Après le Nouvel an, l'organisation dressera un bilan et espère ainsi pouvoir exercer plus de pression pour une interdiction des feux d'artifices de particuliers.

Quelques conseils
En attendant des mesures plus structurelles en faveur des animaux, GAIA adresse ces quelques conseils pour le réveillon. L'idéal étant bien sûr de ne pas utiliser de feux d'artifice.

Gardez tous les animaux de compagnie à l'intérieur dès la tombée du jour. Fermez les rideaux et les volets.
Laissez la lumière et la radio ou la télévision allumées afin que le bruit et les éclairs soient un peu atténués.
Si votre chien est très sensible au bruit, parlez-en à votre vétérinaire. Évitez d'administrer vous-même des médications. Certaines substances contenues peuvent anesthésier votre animal mais pas le rendre insensible à la peur pour autant.
Gardez les chevaux, ânes, poneys ou bovins dans l'étable.
Veillez à ce que votre animal soit pucé et enregistré, et qu'il porte un collier nominatif. Il sera ainsi bien plus aisé de le retrouver s'il devait prendre la fuite.
Si vous envisagez d'utiliser des feux d'artifice, informez-en vos voisins et les éleveurs des environs. Ils pourront également prendre les mesures nécessaires.
Vous pouvez habituer graduellement votre animal aux feux d'artifice. Des CD comportant des sons de feux d'artifices sont disponibles à la vente, et des fichiers de tels enregistrements peuvent aussi être téléchargés sur internet.
Veillez à ce qu'aucun feu d'artifice ne soit allumé à proximité d'un animal. Vérifiez qu'il n'y a pas d'animaux dans les prairies avoisinantes: les chevaux et les vaches ont, eux aussi, peur des feux d'artifice.
Les pièces d'artifice devraient être mises en place le plus tard possible, et avant leur allumage, veillez à ce que des animaux ne s'y soient pas cachés.
Ne réconfortez pas exagérément votre animal (à moins qu'il soit en état de panique complète). Il pourrait comprendre que quelque chose va mal et que sa peur est justifiée. L'idéal est de se comporter naturellement.

Ne punissez pas un animal qui montre des signes de peur.

dimanche 27 décembre 2015

Gouvy et Vielsalm en 1990




                                                 Vue aérienne du quartier de la gare de Gouvy


                                       Vue des ateliers de la gare de Gouvy (bien avant Mathusalem)


- «  L’Avenir du Luxembourg « , lundi 15 janvier 1990


    * Les préminimes de Gouvy


    * Les diablotins de Gouvy


    * Les minimes de Gouvy


    * Les scolaires de Beho


    * Les réserves B de Bovigny



- «  L’Avenir du Luxembourg », jeudi 8 février 1990
J. Docquier, poète wallon de Bovigny









-  «  L’Avenir du Luxembourg », samedi 24 février 1990
En vrac : concert de l’harmonie St-Aubin de Gouvy, les élèves de «  l’Ecole-Eveil et Vie »  de l’athenée de Vielsalm, expo numismatique et le château de Provedroux

-   «  L’Avenir du Luxembourg », samedi 24 février


     * Les cadets de Gouvy


     * Les juniors de Montleban


     * L’équipe première de Beho


     * Les minimes de Montleban


     * Les réserves de Montelban

-  «  L’Avenir du Luxembourg », lundi 26 février 1990


       * L’équipe première de Montleban


       *  L’équipe première de Bovigny



-  Vendredi 2 mars 1990
4 ème tempête. La moitié de la province du Luxembourg sans courant !



- Mercredi 11 avril 1990
Gouvy. Nouvelles du club des aînés



-  Vendredi 27 avril 1990
A Vielsalm, congrès national des Chasseurs Ardennais.


La photo : la 3 ème compagnie du 6 è Chasseurs ardennais lors de la mobilisation de 1939



-  Vendredi 18 mai 1990
Gouvy remonte enfin en 2 ème provinciale



-  Vendredi 18 mai 1990
Jumelage des Gouvions en Louisiane ( Mansura)



-  Jedui 7 juin 1990
Motocross. L’épreuve de Cherain contrariée par la pluie



- Lundi 18 juin 1990
Rallye pédestre à l’Ecole de l’enseignement spécial de Montleban



-  Mercredi 25 juillet 1990
Vielsalm. Deux jours de liesse réussis pour la fête des macralles



- Mercredi 1 août 1990
11 è Gouvy Jazz rencontre les 3 et 4 août



-  Vendredi 17 août 1990
Plus de douze cents personnes au concours de débardage de Mont-le –Soie



-  Mardi 9 octobre 1990
Les « Joyeux Gouvions » en fête



- Mercredi 14 novembre 1990
Conseil communal de Gouvy. Après-midi d’information sur le plan wallon des déchets



-  Lundi 19 novembre 1990
Houffalize-Gouvy. Une cérémonie d’hommage aux donneurs de sang s’est déroulée en la salle du Cosmos de Sterpigny

-  Samedi 20 novembre 1990


    * L’équipe des réserves A de Bovigny


    * l’équipe des scolaires de Beho

-  Lundi 17 décembre 1990


    * Les scolaires de Bovigny


    * Les préminimes de Bovygny

- Jeudi 27 décembre 1990


     * Les cadets de Gouvy


     * Les préminimes de Gouvy



-  Vendredi, 29 décembre 1990

Gouvy, la commune la moins chère de l’arrondissement ?



°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Bonus. Gouvy, 10 mai 1940 : le premier jour de guerre :






°°°°°

Deuxième bonus. On se croirait au début d'un film d'Hitchcock ou de Polanski :

https://www.youtube.com/watch?v=8pI0YfBwMxk



Merci au journal " L'Avenir du Luxembourg "  ! ! !
Merci à ses journalistes anonymes  ! ! !
Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles  ! ! !