" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

samedi 30 janvier 2016

Frère Alfred en 1963




«  La Meuse »  jeudi 14 février 1963 dans la chronique : «  Autour du perron »  de Dieudonné Boverie.


«  Frère Alfred donnera une conférence-marathon la veille de la Saint-Toré. Frère Alfred (il s’appelle aussi Alfred Beaujean) est prodigue comme il peut. Car il n’a pas un sou vaillant. Pourtant l’ermite de la rue Roture à Liège a horreur du gaspillage : il se nourrit de ce que les autres jettent aux poubelles. Une décision que Frère Alfred a prise après une dépression nerveuse qui le cloua pendant sept mois à l’hôpital. Son grand dessein : réunir tous les «  hurluberlus de son espèce » ( sic ! ) en une même communauté de moines laïcs. A 55 ans, Frère Alfred a tout fait : ouvrier d’usine, boulanger, pâtissier, boucher, charcutier, fabricants de gaufres, fumeur de jambon, détaillant en alimentation, représentant de commerce, marchands de journaux. Le rassembleur des hurluberlus vit dans une bâtisse, ni chauffée, ni éclairée. (…) Malgré sa misère, Frère Alfred trouve encore le moyen d’être charitable pour autrui. Sa maigre subvention de l’Assistance publique, il en fait profiter deux femmes sans ressource. (…) "



                                  Inscription sur la porte, c'est Frère Alfred lui-même qui l'a tracée de sa plus belle écriture


°°°°°°°°°°°°°°°°°

Un autre article ici :


vendredi 29 janvier 2016

Paul Heusy : " Gens des rues "




                                          Paul Heusy


 Né à Verviers le 10 décembre 1834, fils d’un négociant de la ville, Alfred Guinotte obtint le diplôme de docteur en droit avec grande distinction à l’Université de Liège en octobre 1856. Inscrit au barreau de Liège, il ne tarda pas à consacrer ses loisirs d’avocat à la littérature, au journalisme et au combat social.  Il publie toute une série de nouvelles, des chroniques politiques dans La Revue Trimestrielle, dans la revue liégeoise La Belgique Contemporaine. Il plaide  la cause des ouvriers à Verviers. Il apparaît comme un défenseur exemplaire des opprimés, des chétifs, des faméliques, des malchanceux, des déshérités de toute espèce – «  mes amis les pauvres diables » - dira-t-il un jour. En 1874, à Morlanwetz, chez l’ingénieur Julien Weiler, familier de son frère Lucien Guinotte, directeur des charbonnages réunis de Mariemont et Bas-Coup, il rencontre sa future épouse Laure le Hardy de Beaulieu, née en 1844 au château d’Aywiers. Le mariage a lieu en 1875 et c’est cette année-là, alors qu’Alfred Guinotte était attaché, comme avocat-conseil, à une firme industrielle  qu’il choisit un nom de plume – ce joli pseudonyme de Heusy, emprunté à la toponymie de la région verviétoise-.
En 1876, résolu à faire œuvre littéraire autrement qu’en amateur, il s’installe à Paris avec sa famille.
En 1878, il publie les quatre nouvelles et de deux récits intitulés :  « Un coin de la vie de misère ».
La presse parisienne lui assura un gagne-pain ; mais comme ses éditeurs, elle laissa sans suite ses démarches de conteur en quête de public.

En juillet 1883, il part avec sa famille en Floride, pour se consacrer à la culture de l’oranger – un fiasco – et revient en décembre 1886, à Bruxelles, avant d’aller s’installer à Argenteuil. Des États-Unis, il envoyait au Radical des Lettres floridiennes, études sur les mœurs américaines. En janvier 1887, il réintègre le Radical, poste qu’il conserve jusqu’en 1908. Pour ce journal, il donne plus de deux-cent-trente récits. Encore critique d’art, chroniqueur littéraire et judiciaire, il suit diverses affaires (notamment le procès de Camille Lemonnier, en 1888). En 1908, il part s’installer dans le Minnesota, envoyant divers articles à des journaux parisiens, mais la nostalgie le guette e til regagne Paris en 1913.
En 1914, à quatre-vingt ans, il reprit du service dans les salles de rédaction, en remplacement des confrères envoyés sur le front. Il mourut le 22 novembre 1915 du cancer de la bouche ( le cancer des fumeurs). Le jour de son enterrement, le 25 novembre, un horrible froid régnait et il neigeait. Peu de monde escorta son cercueil jusqu’au cimetière
C’est en 1994 que l’Académie de Belgique publiera pour la première fois « Gens des rues », essai que Paul Heusy tenta, sans succès, de jamais faire éditer. »

                                                    Extrait de la préface signée  Paul Delsemme


Trente-trois courts récits dont les acteurs sont des pauvres, des démunis, des plus que misérables ou des ceuses qui n’ont pas eu de chance dans la vie. Toutes ces tranches de vie se déroulent à Paris ou dans la région parisienne, sans doute à la fin du 19 ème siècle.

 Des perles, des pépites dans le genre.


Perso, je pointerai tout particulièrement : Laurent, le tondeur de chiens – La malle – Sa fille – Le lapin – Madame Marion, marchande de journaux – Comment on fabrique un mendiant – La mère Robert – Un ménage de chiffonniers – La vigne de Rissagou – Une expulsion d’un logis – La Duchemin de Spa – Une représentation de saltimbanques au village – Madeleine du café du Portugal – Une rafle – La fin de Henri Legrand – Le petit marchand d’ail – L’homme et le chien – Le broyeur de salsepareille.

mercredi 27 janvier 2016

Gouvy et Vielsalm en 1992







- «  L’Avenir du Luxembourg », lundi 13 janvier 1992
L’équipe première de Bovigny



-  « L’Avenir du Luxembourg »,  mardi 11 février 1992
Les cadets de Beho



- «  L’avenir du Luxembourg », mercredi 12 février 1992
Vielsalm. Un cercle numismatique de niveau européen. Plus de 300 adhérents



- Samedi 15 février 1992
Agenda à Gouvy : soirée des talets régionaux proposée par Radio Beho et concert de l’harmonie St-Aubin



-  Lundi 17 février 1992
Les juniors provinciaux de Gouvy



- Mercredi 4 mars 1992
Clin d’œil de Gouvy





-  Mardi 10 mars 1992
Les 10 ans de Radio Beho



-  Mercredi 18 mars 1992
Grande finale de «  la chasse aux points » organisée par Radio Beho



-  Samedi 4 avril 1992
Pour que le dialogue aînés-jeunes s’installe. Avec Paul Bovy à l’accordéon et Marcel Lentz au saxophone



-  Lundi 13 avril 1992
Le syndicat d’initiative de Gouvy se fait éditeur et crée son pin’s



-  Mardi 28 avril 1992
Clin d’œil de Gouvy : Jacques Pelzer à la Ferme Madelonne, Gérard Adam en concert à Sterpigny, 6 ème foire de Rettigny, Radio Beho sort son pin’s, rallye pédestre de Bovigny, 7 ème fête équestre de la St-Martin



-  Mercredi 29 avril 1992
L’aménagement de la place de la gare de Vielsalm, qui devrait s’ouvrir sur la gauche de la photo, prendra certainement pas mal de temps



-  Jeudi 30 avril 1992
6 ème foire commerciale et agricole de printemps de Rettigny



- Lundi 4 mai 1992
Démonstration de dressage andalou à la 7 è fête équestre de Gouvy



-  Lundi 4 mai 1992
      * Les minimes de Gouvy



     * Les cadets de Gouvy



- Mardi 12 mai 1992
Le trompettiste Gérard Adam à Sterpignu chez les «  Amis de l’orgue »





-  Jeudi 14 mai 1992
Un dernier hommage à la « plaque tournante » en gare de Gouvy



-  Samedi 16 mai 1992

    *  Nouveau directeur à l’école de musique à Gouvy : Gérard Close



    *  Les 1.000 truites au Lac de Cherapont



- Mardi 19 mai 1992
Football : le sacre de Montleban


L'équipe première de Beho



-  Mercredi 12 juin 1992
Moto-cross de Cherain





- Lundi 15 juin 1992
Un panneau touristique «  new look » rue de la gare à Gouvy



-  Jeudi 2 juillet 1992
La marche du souvenir à Vielsalm : 25 ans après, ça marche toujours !






- Mardi 7 juillet 1992
Chroniques salmiennes : les enfants admirent leurs œuvres exposées par l’asbl «  Rencontre «  - la toiture de l’église de Vielsalm bientôt étanche – la royale fanfare Concordia sous le kiosque à Vielsalm






-  Mercredi 22 juillet 1992
     * Vielsalm. Festival du lac


      * Gouvy. Les Louisianais débarquent



-  Lundi 26 juillet 1992
Vielsalm. Cortège réduit mais fête des Myrtilles réussie





-  Mercredi 28 juillet 1992
      * Gouvy. Les Louisianais à Wathermal



     * Beho. Le demi-siècle de prêtrise de l’abbé Jacobs





-  Samedi 1 août 1992
Exposition du peintre Pierre Bastin et rallye pédestre à Wathermal



-  Mardi 4 août 1992
Gouvy. Festival de jazz







-  Vendredi 14 août 1992
Gouvy. Miss Framboise remporte tous les suffrages





-  Lundi 21 septembre 1992
Clin d’œil de Gouvy : ça marche pour les Djoyeux Gouvyons - cinq bougies pour le judo-club de Cherain – les 3 x 20 sur la ligne Maginot – un cours de yoga à Gouvy



-  Jeudi 26 novembre 1992
Le directeur et instituteur Charles Morsomme de Bovigny prend sa retraite



- Samedi 5 décembre 1992
SNCB : grève de 24 h le 15 décembre,  inévitable



- Mercredi 9 décembre 1992
Les cadets de Beho



-  Mercredi 16 décembre 1992
Vielsalm . Le Médiator club salmien a 25 ans



-  Mardi 29 décembre 1992
Les préminimes de Gouvy


Merci au journal " L'Avenir du Luxembourg "   ! ! !
Merci à ses journalistes anonymes   ! ! !
Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles   ! ! !


°°°°°°°°°°°°°°
En bonus :

- Un train touristique avec, à sa tête, une vraie locomotive à vapeur-comme-dans-l’temps.
Vous y reconnaitrez certainement quelques Gouvyons au travail ou en visite. C’est par ici :

- Autre document très émouvant le trajet , en locomotive à vapeur, Gouvy – Vielsalm-Trois-Ponts – Rivage- Angleur- Visé – Maestricht, comme si vous y étiez. C’est par ici :