" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 27 mars 2017

Shûsaku Endô : " Une femme nommé Shizu "


Dix nouvelles de cet écrivain catholique japonais.


1. «  Les derniers martyrs » : c’est bien connu, les Japonais sont d’un sadisme extrême en ce qui concerne la torture ( mais l’occident n’a ou n’avait rien à leur envier …)
2. «  Les ombres » : le narrateur, un romancier se souvient d’un prêtre séparé de l’église car il s’est épris d’une femme.
3. «  Un homme de cinquante ans » : et son amitié pour un vieux chien (***)
4. «  Adieu » :  le couple de vieux à Lyon. (***)
5. «  Le retour » : caveau mortuaire de la mère et du frère du narrateur.
6. «  La vie « : souvenir d’enfance du narrateur, ses parents qui se disputent, les militaire, le domestique Mandchou. ( ***)
7. «  Un homme de soixante « : un vieil homme tombe en émoi (sexuel) devant une adolescente de dix-sept ans. (***)
8. «  Le dernier souper » : un ancien militaire japonais et un bénévole dans un hôpital qui ont mangé leur ami respectif . (***)
9. «  La boite » : la vie au Japon de Mme Rosières.
10. «  La femme nommé Shizu » : l’occasion pour le narrateur de se remémorer son enfance dans la ville chinoise de Dalian.

Ces nouvelles, bien agréables à lire, enferment une large part autobiographie du narrateur qui n’est autre que Shûsaku Endo lui-même.


Shûsaku Endô , né à Tokyo en 1923, est un écrivain catholique japonais. Il a écrit de nombreux romans et nouvelles. Il est décédé en 1996.

Extraits :


*   - Jusqu’où irais-tu si on te donnait de l’argent ?
    - Jusqu’à C.
Je lui demandai ce que signifiait C. Pour la plupart de lycéennes, A était un baiser, se laisser toucher était B et la dernière étape était C.

*  Quand elles passent devant moi, j’ai l’impression de sentir l’odeur d’une forêt au printemps. Au début, je croyais qu’il s’agissait de l’odeur de leurs uniformes, mais je compris bientôt  que c’était la fragrance de leurs corps juvéniles.

*  Dieu donne la sérénité à certains hommes quand ils vieillissent, et à d’autres la peur de la mort, l’obsession de la vie et la jalousie envers les vivants, combat indécent et inutile.

*  ( à propos d’un bénévole dans un hôpital) Pensez-vous qu’il s’agisse de la graine de prêtre en quête de bonne action ?


* A la différence de ton frère, tu es un tardiflore. Ce sont des personnes qui s’améliorent avec l’âge.

mercredi 22 mars 2017

François Cavanna : " Tonton, Messaline, Judas et les autres ... "




La biographie de certains personnages maudits revue et corrigée par François Cavanna. Une belle brochette : Tonton 1er ( un melting-pot des présidents de la république française ), Messaline, Pétain, Catherine de Médicis, Attila, Landru, la chienne de Buckenwald, Ravaillac, Eve, Jack l’éventreur, Judas, Gilles de Rais, Satan, la marquise de Brinvilliers, Grouchy, Klaus Barbie.

Du beau monde, peut-être pas tous d’un même intérêt.


Extraits :


- Il faut toujours avoir quelqu’un à mépriser, c’est bon pour la santé.

-  Les pauvres haïssent les riches, certes, mais les admirent. Les pauvres méprisent les pauvres.

-  Les Français aiment  que leurs souverains soient de chauds lapins.

- Cette Margot, belle plante d’ailleurs, mais quelle forceuse de braguettes !


-  Cette sagesse populaire, si vraie dans sa rude lapidarité : « Premier à l’école, dernier dans la vie. »

samedi 18 mars 2017

Le pèlerinage à Saint-Roch, Ferrières, dit Bernardfagne






Qu’en est-il aujourd’hui du pèlerinage à Saint-Roch ou Bernardfagne, un prieuré de Ferrières, devenu petit séminaire et collège.


M. André Georges nous le décrit fort bien ( «  Si Liège m’était conté … » n°66, été 1978). Au début du XX ème siècle, les Liégeois n’avaient guère le temps de se reposer après la fête de Notre-Dame en Outremeuse, le 15 août. Le soir de jour-là, ils quittaient à pied leur ville pour se rendre à Saint-Roch. Depuis le XVI è siècle, le saint guérisseur y était honoré. Les «  Sint-Rochis » ou pèlerins de Saint-Roch suivaient un itinéraire fixé par la tradition et qui a laissé des souvenirs en maints endroits. Les Liégeois arrivaient à la chapelle le lendemain pour entendre la première messe. Le 16 août, Bernardfagne offrait un aspect inhabituel. Pour protéger les milliers de pèlerins du soleil, on avait tendu des draps de lit sur des piquets. Les tentes improvisées formaient des rues et abritaient les «  Saint-Rochis », mangeant de la tarte et buvant de la bière et du genièvre. Avant de rentrer à Liège, mes pèlerins achetaient un drapelet ayant la forme d’un triangle rectangle et orné d’une gravure en bois représentant Saint-Roch, le prieuré et un groupe de pèlerins. Ils se munissaient également d’un bâton noueux ( en wallon «  on bordon » ) qu’ils ornaient de lycopode, vulgairement appelé pied-de-loup ( en wallon «  cowe-dir’na » - queue de renard ou «  pote –di-tchèt » - patte de chat). 

Le drapelet et le bâton, constituaient la preuve de la prouesse : Liège-Ferrières-Liège à pied. Le bâton les aidait également sur le chemin du retour et les protégeait ultérieurement contre la peste. Cependant, certains » Saint-Rochis » effectuaient le voyage en char à banc, et le cortège du retour était plus disloqué que celui de l’aller, la fatigue et les gouttes de «  pècket » aidant. A ce régime, dit encore André Georges, certains pèlerins devenaient agressifs. Dans plusieurs localités, les anciens d’aujourd’hui, qui étaient les enfants du début du siècle, se souviennent qu’à l’approche du cortège qui regagnait Liège, les parents faisaient rentrer leur progéniture parce que les «  calins » ( les méchants) arrivaient.


jeudi 16 mars 2017

Contes et légendes du pays de Salm



                                                                     Cliquez sur les images !

La statuette de Saint-Martin ( Bovigny )


Les gorets de "Mehire " et une guérison ( Honvelez )


Le dernier ermite de Limerlé

Note : Limerlé, séparé de Gouvy ( des Gouvions) par l'Ourthe, était de la paroisse de Bas-Bellain ( Grand-Duché ). Il s'y trouve encore aujourd'hui un endroit appelé " Cimetière des Wallons ". C'est en 1640-1641 que Limerlé fut érigé en cure. L'église de Steinbach date de 1722.


                                       Source via " L'annonce de Vielsalm " du 19 mai 1982

mercredi 15 mars 2017

Liège en 1931


                                       Emile Deshayes: " L'accordéoniste au As Ouhès ", Liège 1931









- « Gazette de Liège », samedi 7 février 1931 et suivants …
« Impéria », une voiture sans pareille au monde



- «  Gazette de Liège », jeudi 19 mars 1931
Chauffez-vous aux Briquettes-Union



- «  Gazette de Liège », mardi 21 avril 1931
La Fontaine de la Tradition sera inaugurée ce 18 juin à la Place du Marché





- Mardi 12 mai 1931
Eugène Ysaye est mort



- Samedi 16 mai 1931
Réclame pour les cigarettes Saint-Michel



- Samedi 30 mai 1931
La Grande Fête Militaire de Rocour




- Lundi 15 juin 1931
Réclame Citroën et le championnat Liège-Rome-Liège




-  Juillet 1931
Brasserie Piedboeuf




- Mardi 29 septembre 1931
Le monument Frère Orban a été inauguré ce dimanche




- Mardi 8 décembre 1931
Les marionnettes liégeoises




- Jeudi 31 décembre 1931
Réclame pour les cigarettes John Thomass



Et particulièrement au quartier Sainte-Marguerite





- «  Gazette de Liège », jeudi 5 mars 1931
Les charbonnages «  Bonne-Fin », rue de Hesbaye, 8










- « Gazette de Liège », jeudi 25 juin 1931
Le général Bertrand meurt subitement pendant une représentation au Casino de Spa










- «  Gazette de Liège », mardi 7 juillet 1931
La Grande Fête de la Mère de Tous




- Samedi 19 septembre 1931
Liste des maisons de commerce qui participent au concours d’étalage du quartier de l’Ouest




- Lundi 21 décembre 1931
La braderie monstre au quartier de l’Ouest sous le patronage de la « Gazette de Liège


Merci au journal la «  Gazette de Liège » !
Merci à tous ses journalistes anonymes !

Merci à la bibliothèque Albertine de Bruxelles !

En vrac - mars 2017


                                          Esplanade Saint-Léonard - mercredi 15 mars 2017




                                              Clochers de Saint-Barthélemy


                                             A l'entrée du bois de Carmélites


                                          Favechamps



                                                       
                                                       1931, Paris, ordination d'un prêtre noir


                                          1931. Réclame pour les cigarettes John Thomass





                                                     John Lennon et Yoko Ono  - 1968




                                             René Magritte : " La corde sensible "


                                           René Magritte : " La flèche de Zénon "


°°°°°°°°°°°°°°°°°



                                                                   Elections belges en 1981

°°°°°°°°°°°°°°°


                                         Affichette de la Sncb

°°°°°°°°°°°°°°°°


                                                     Affiche anti-guerre


°°°°°°°°°°°°°°°°°


Travaux place Cathédrale
 et
à la cathédrale
ça fait tout drôle ...