" Je m'éveille le matin avec une joie secrète, je contemple la lumière avec ravissement et tout le reste du jour je suis content "
Montesquieu

Ma nouvelle vie à Lîdge

lundi 15 mai 2017

Albert Maquet : " 100 haïku è walon d'Lîdge "

                          

                                                     Hommage à Jean-Denis Boussart, 
                                  mayeur de  la commune libre de Saint-Pholien des Prés  


Albert Maquet

                                     Albert Maquet : «  100 haïku è walon d’Lidge »


                                   1. Les bièsses èt lès djins  - Les bêtes et les gens

 

Tchèt so l’soû d’fignèsse.
Li vint ratrosse sès poyèdjes.
Lu ‘nn’a d’keûre, i tûse.

Chat sur l’appui de fenêtre.
Le vent retrousse ses poils.
Lui s’en fiche, il réfléchit.

Li dj’vå d’ôr s’èware.
Mins li p’tit-ome, po l’loukî
a trop pô d’sès-oûy.

Le carabe doré est effrayé.
Mais le petit homme, pour le regarder
a trop peu de ses yeux.

Vinez-on pô vèy
li bèle caracole so l’meûr …
Tin ! èlle à bagué.

Venez un peu voir
le bel escargot sur le mur …
Tiens ! Il a déménagé.

A fwèce dèl loukî,
m’avise qu’il a pris rècène
è l’êwe, li hêron.

A force de le regarder,
j’ai l’impression qu’il a pris racine
dans l’eau, le héron.

Neûr, houreûs so s’pâ,
on cwèrbâ tûse pèneûsemint
à çou k’I ravise.

Noir, hérissé sur son piquet,
un corbeau se demande tristement
à quoi il ressemble.

K’a-t-i vèyou, m’tchèt ?
I s’acwatih, i n’bodge pus.
Rin d’ôte k’in-ôte tchèt.


Qu’a-t-il vu, mon chat ?
Il s’aplatit, il ne bouge plus.
Rien d’autre qu’un autre chat.


Prin astème, måvi,
on djoû, m’tchèt ni t’rat’rè nin.
… Bwègne vê ! K’aveû-dj’dit ?

Prudence, gentil merle,
un jour, mon chat ne te ratera pas.
… Imbécile ! Qu’est-ce que j’avais dit ?



                                      2. Lès djins èt lès-eûres – Les gens et les heures




Nos loukans l’ôrlodje
ki nos louke, lèy, èl louki.
Po turtos l’tins passe.

Nous regardons l’horloge
Qui nous regarde, elle, la regarder.
Pour tous le temps passe.

Djônète, fène, nozêye,
vrêye petite boteroûle di souke.
On l’magnereût come rin.

Jeune, fine, délicieuse,
Véritable «  petit nombril de sucre » ( c’est-à-dire petite femme proprette et timide).
On la mangerait facilement.

Lès tåyes, an pôrtrêt
s’anoyèt tant è leûs cådes
k’i v’nèt foû tot l’tins.

Les aïeux, en portrait
s’ennuient tellement dans leurs cadres
qu’ils en sortent tout le temps.

Passant d’vant l’vitrine,
ele s’atindéve pô à s’vèy
D’on côp si-oûy rèsprind.

Passant devant la vitrine,
elle s’attendait bien peu à se voir.
D’un coup, son œil se rallume.

À s’sov’ni d’nos mwérts,
on pied ‘ èt ra tot d’ine fèye
Li gos ‘ dè viker.

A se souvenir de nos morts,
on perd et on se retrouve tout à la fois
le goût de vivre.


                                       3. Lès-eûres èt lès sêzons   Les heures et les saisons


                                                          Naimette ( Liège )


Èsse ossi glôrieûs. 
èt ossi pô volonrère
à durer k’ l’êrdiè !

Etre aussi insolent
et aussi peu soucieux
de durer que l’arc-en-ciel !

So l’ fi à l’bouwêye,
ine réguilite di clérs pièles
ki l’plêve fêt danser.

Sur le fil à sécher le linge,
une rangée de perles claires
Que la pluie fait danser.

K’as-s’ bon, sot êrèdge,
Di m’ fé tièsse come on boubou
Po m’ poleûr bal’ter !

Quel plaisir tu prends, vent malicieux,
à me faire une tête comme une brosse à laver la vaiselle
pour pouvoir te moquer de moi !

Dire ki ç’vète hé-là,
c’èsteût di m’ tins on tèris’
k’on djouwève dissus !

Dire que cette pente verte-là,
c’était de mon temps un terril
où l’on avait l’habitude de jouer.

Ki n’pou-dj’ co vèy crèhe
lès djènès foumîres d’ouhène
d’a cîr di m’ djônèsse.

Que ne puis-je encore voir grandir
Les fumées d’usine jaunes
Du ciel de ma jeunesse.

Ki savez-v dèl mér,
don, vos lètcheûs d’baye di Moûse ?
Èle vis hagne è l’âme.

Que savez-vous de la mer,
Donc, vous lécheurs de garde-fou de la Meuse que vous êtes ?
Elle vous mord dans l’âme.


                                          4.  Lès sêzons èt lès bièsses    Les saisons et les bêtes





Vos loukîz on tchin
Ki louke bin ‘n-èvêke, dist-on.
Vos-èstez cwites, djo.

Vous regardez un chien
qui regarde bien un évêque, dit-on.
Vous êtes quittes, somme tout.

Stron di dj’vå tot fris’
So l’ pavêye. Djusse çou qu’i fât
Po mès treûs frévîs !

Crottin de cheval tout frais
Sur la chaussée. Juste ce qu’il faut
Pour mes trois fraisiers.

Li jirwète toûne sote.
Grande cavalcåde avå l’ cîr.
È m’ tièsse, c’est parèy.

La girouette s’affole.
Grande cavalcade à travers le ciel.
Dans ma tête, c’est pareil.

Lès pavés lûhèt.
Plêve di glèce dispôy nole eûre.
Minme nosse tchèt n’ wèse foû.

Les pavés sont luisants.
Pluie de glace depuis très tôt le matin.
Même notre chat n’ose pas se risquer dehors.

Såvadje tins d’ décimbe.
Lès foyes si k’tchèssèt l’eune l’ôte.
Nosse pôve tchèt  s’ coûrt sot.

Temps venteux de décembre.
Les feuilles se pourchassent l’une l’autre.
Notre pauvre chat ne sait pas où donner de la tête.


K’i fêt houreûs ! Hay !
Rimousse tot dreût è t’ cokile,
come li caracole.

Quel temps froid et humide ! Allons !
Rentre tout de suite dans ta coquille,
Comme l’escargot.

Passer tot l’iviér
à dwèremi – liské boneûr ! –
Come ine cråsse marmote.

Passer tout l’hiver
A dormir – quel bonheur ! -
Comme une grasse marmotte.





°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Haïku : poésie, d'origine japonaise, composée de dix-sept syllabes, réparties en deux vers de cinq syllabes et un vers de sept syllabes.

Albert Maquet, né à Ougrée en 1922 et décédé à Liège en 2009 ( à 86 ans) fut un écrivain de langue wallonne ( théâtre et poésie). Docteur en philologie romane à l’université de Liège, il fut chargé de cours d’italien à cette même université.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Extraits du livre d'Albert Maquet : " 100 haïku è wallon d'Lîdge "
Note de Jean Lechanteur
Liège - Société de langue et de Littérature wallonnes. 2006

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


« Aujourd’hui, le wallon ressemble à une langue savante comme le sont le latin, le grec. »

                                                                           J. Catin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire